Belgique: contexte historique

Lors de l’invasion de la Pologne en septembre 39, et malgré sa politique de neutralité, le gouvernement belge lança une mobilisation générale. En 1940, l’armée belge comptait, selon les sources entre 600 000  et 650 000 hommes soit près de 20 % de la population masculine de Belgique. L’invasion de la Belgique du 10 mai 40, s’inscrit dans le cadre plus général du plan jaune (fall gelb) allemand et sera à l’origine de la bataille de France, de la bataille des Pays-Bas et de l’invasion du Luxembourg. On estime à environ deux millions le nombre de civils belges à avoir opté pour l’exode (les histoires les plus affreuses circulaient à propos du comportement des nazis). Voir les exemples de lettres de réfugiés en France recherchant avec l’aide de l’administration belge en exil leurs proches. En qualité de chef des armées, le roi Léopold III annonce, sans consulter le gouvernement, la capitulation de la Belgique le 28 mai 40.

De nombreux belges partent à Londres, forment un gouvernement en exil (après Paris et Bordeaux, ce gouvernement se réfugie à Londres)  et une armée belge libre (environ 4 500 hommes début 44, dix fois plus selon Beevor au moment de l’arrivée des alliés.) qui combattra aux côté des alliés. Il est à noter que le Congo belge se rallie au gouvernement en exil.

La Belgique est alors placée sous une administration militaire (Militärverwaltung) -et le nord de la France y est rattaché. Les cantons de l’Est (Eupen, Malmédy) sont annexés au Reich, et utilisent dons les timbres du Reich

Le roi est en résidence surveillée dans son palais, pendant que le gouvernement est en exil à Londres. Mais pas de collaboration entre le souverain et les allemands. Cependant, les timbres à l’effigie du roi.

Deux divisions SS (une flamande, une wallonne) combattent aux côtés des allemands (des vignettes postales sont émises). Selon  l’ouvrage de Beevor, environ 40 000 belges des deux communautés servirent dans la Waffen SS.

La majorité du territoire belge fut libéré entre Septembre et Octobre 44 (sauf quelques villes à l’extrémité Est). A ma connaissance, il n’y a pas eu d’émissions de la Libération, comme en France. Environ 100 000 belges combattent aux côtés des alliés en mai 45.

Eupen et Malmedy sont réintégrés à la Belgique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.