Grèce : contexte historique

Rappel historique (source Wikipedia et « la tragédie grecque », de M Cacitti)

Carte de la Grèce en 1920. En 1940, la Grèce occupera l’Epire (sud de l’Albanie), et la Bulgarie occupera la région de Xantia (nord-est)

La Grèce est une dictature depuis 1935 (coup d’état militaire et retour du roi Georges II).

Depuis 1939, l’Italie est présente sur le territoire albanais. Elle multiplie les provocations à l’encontre de la Grèce. Le 27 octobre 1940, l’Italie présente un ultimatum à la Grèce: celle-ci doit laisser libre passage aux troupes italiennes sur son territoire. Le 28 octobre 1940, les troupes italiennes attaquent la Grèce, puis sont repoussées. Les troupes grecques occupèrent alors le sur de l’Albanie. Des timbres d’occupation sont émis à cette occasion.

Le 6 avril 1941, le premier ministre grec rejette l’ultimatum allemand de demande de reddition. Les allemands envahissent alors la Grèce depuis la Bulgarie (qui vient de rejoindre l’Axe) et la Yougoslavie (qui vient d’être envahie). Le 27 avril, Athènes tombe, et le 28 la guerre s’achève en Grèce continentale (le 20 mai, les allemands occupent la Crète). Les Anglais, qui étaient présents en Grèce depuis novembre 1940 (jusqu’à 58 000 hommes), évacuent le pays (1er juin 1941 : ils quittent la Crète, après une dure bataille suite à l’invasion des troupes germano-italiennes le 20 mai).

À l’issue de la bataille de Grèce, le pays est contraint de se retirer du conflit et est divisé en trois zones d’occupation entre les Allemands, les Bulgares et les Italiens, jusqu’à la reddition de l’Italie en 1943 puis au retrait des troupes allemandes en octobre 1944. Les timbres grecs sont utilisés dans les zones sous contrôle italien et allemand, tandis que les bulgares utilisent leurs timbres dans les zones sous leur autorité. Le gouvernement grec (dont le roi) se réfugie au Caire puis à Londres (pas de timbres particuliers), avec des soldats (armée royale hellénique du Moyen-Orient) et une partie de la flotte.

Suite à la capitulation de l’Italie, les troupes allemandes occupent tout le pays jusqu’en octobre 1944 (à l’exception des iles, où ils restent plus longtemps). Des troupes anglaises débarquent à nouveau dans le Péloponnèse en Octobre 44, dans un pays en partie sous le contrôle des « andartes » (rebelles) de l’EAM/ELAS communistes et EDES, nationalistes. Le roi remonte sur le trône en 1946, ce qui déclenche 3 années de guerre civile.

Forte inflation en raison des exigences financières des troupes d’occupation allemandes exemple du tarif d’une lettre de 20 g pour l’étranger 20/9/41 : 15  Drachmes. 15/9/44 : 10 000 000 Drachmes

D’un point de vue philatélique, la période 1940-1945 est donc très riche : des timbres grecs (surchargés) sont utilisés en dehors du territoire grec (en Albanie), des timbres bulgares sont utilisés sur une partie du territoire grec. Des,  timbres sont émis par les autorités italiennes ou allemandes d’occupation dans certaines iles. Sans oublier les timbres émis par les « rebelles ». Et bien sûr la très riche marcophilie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.