Pays-Bas : marcophilie 40-45

1/ Le fonctionnement du courrier aux Pays-Bas

Ce sont les officines de censure qui sont en charge de retourner les lettres non acheminables (1939 : suspendu vers la Pologne ; 1940 : vers la Norvège…)

Après l’invasion, le courrier domestique fonctionne à nouveau le 24 mai (sauf vers la province de  Zélande) et le 28 mai vers le Reich.

En avril et mai 40, le courrier vers les Indes Hollandaises (DEI) va en train jusqu’à Naples, puis emprunte un vol KLM. Le dernier courrier arrive le 2 mai 40 aux Pays Bas, puis suspendu jusqu’à Aout 45. On trouve des lettres avec un cachet « detained in Hong Kong by japaneese from december 41 until september 45 »

Le courrier vers le RU est suspendu pendant toute la guerre

France : rétabli avec la zone occupée le 21 avril 41

Lors de la période de libération, le courrier est retardé par la censure.

Les communications vers l’étranger mettent 1 an pour  être rétablies (par exemple, avec la Hongrie 21 novembre 45)

 

2/ La Poste allemande de service

Le Dr Seys-Inquart est nommé par Hitler Commissaire au Reich (toute l’administration civile lui incombait). Des agences de la poste de service s’installent dans les principales villes dès le 5 juin 40, après le départ de la poste militaire (feldpost). La poste allemande de service est donc utilisée par la Wehrmacht et toutes les agences officielles du Reich, de la N.S.D.A.P. et les entreprises travaillant pour les allemands. Mais cette poste de service ne distribuant pas le courrier, une lettre remise à la poste de service mais destinée à une entreprise (ou une personne) hollandaise sera distribuée par la poste hollandaise (et une lettre postée par un particulier pour une entité allemande sera donnée à la poste hollandaise, qui la remettra à la poste allemande de service). Si un soldat allemand remet une lettre destinée à l’Allemagne à la poste hollandaise celle-ci sera censurée.

39 agences de la post de service (ou filiales d’agence) fonctionnèrent aux Pays-Bas.

Les entreprises et les particuliers allemands affranchissaient leurs lettres avec des timbres allemands, tandis que les autorités allemandes bénéficiaient de la franchise (cachet «  Frei durch Ablösung Reich » ou « Gebührenfreie Dienstsache »).

Il existe de nombreux cachets circulaires différents (avec généralement le texte « Deutsche Dienspost Niederlande »), ainsi que des étiquettes de recommandations, des cachets de transit « (Durch) Deutsche Dienspost Niederlande » sur 1 à 3 lignes, ainsi que les cachets de la poste ambulante de la poste de service, des cachets muets avec indice à la place du nom de localité. Quelques cachets spéciaux (illustrés) ont aussi été utilisés.

3/ Poste militaire

Je n’ai pas d’information sur la poste militaire hollandaise, en particulier pendant les quelques jours de combat.

3-1/ Feldpost allemande (source : ouvrage de Kreft)

A partir du 30 mai 41, les cartes postales, les lettres jusqu’à 100 g et les paquets jusqu’à 250g bénéficient de la franchise.

3-2/ Unités néerlandaises combattant aux côtés des allemands

En plus des hollandais qui servaient dans les unités allemandes, l’organisation Todt et le NSKK, des unités spéciales ont été créées :

25 mai 40 : création de la SS Westland (flamands et hollandais) ; celle-ci est intégrée dans la 5ème division SS Wiking (qui regroupe d’autres nationalités)

3 avril 41 : création de la SS Nordwest

Juin 41 : création de la Légion des volontaires des Pays-Bas, qui devient une brigade de Panzer Grenadiers

Novembre 44 : création de la brigade de volontaires SS Landstorm Nederland

3/3 Troupes hollandaises en exil

Quelques troupes hollandaises firent retraite en Belgique le 19 mai 40. Je ne sais pas  si elles ont continué le combat en se réfugiant en Angleterre. Mais la lettre ci-dessous, postée depuis le « Gibraltar camp » de la Jamaïque (où étaient présents, outre des refugiés de Gibraltar, des hollandais) est destinée à un soldat hollandais dans un camp d’entrainement militaire au Canada. Il est à bnoter que l’héritière du trône (Princess Juliana) était réfugiés au Canada.

 

3-4/ Libération

Troupes anglaises (1944-45)

Les numéros de FPO qui ont été attribués à des unités ayant participé à la libération de l’Europe suite au débarquement en Normandie sont regroupés sous le vocable générique de B.L.A. : Donc, impossible de savoir si l’unité était en France, en Belgique, en Allemagne, ou aux Pays-Bas.

Par contre, le n° 851 correspond au Royal Netherlands Forces (utilisé début 44 lors de leur stationnement au Royaume Uni, puis sur le continent)

Troupes américaines (selon le site : A.P.O. by number)

Les A.P.O. ci-dessous servaient aux Pays Bas

0010($15), 0029($10), 0030 ($10), 0035 ($10), 0051 ($15), 0079 ($10), 0083 ($10), 0084 ($15), 0102 ($15), 0107 ($50), 0124 ($15), 0135 ($25), 0151 ($15), 0175 ($15), 0177 ($10), 0197 ($15), 0252 ($10), 0253 (MV), 0257 ($10), 0258 ($15), 0267 ($20), 0270 ($10), 0327 ($35), 0339 ($10), 0451 ($15), 0463 ($20), 0472 ($5), et 0647 ($10)

4/ Camps de prisonniers, d’internement

4-1 Avant l’occupation allemande

Avec l’augmentation des mesures anti-juives en Allemagne à partir de 1933 et après la soi-disant Kristallnacht du 9 novembre 1938, de nombreux Juifs allemands ont émigré aux Pays-Bas en raison de leur proximité géographique et linguistique. Il est devenu un refuge pour environ 25 000 à 30 000 réfugiés juifs. Le gouvernement néerlandais a fermé sa frontière pour ces réfugiés le 15 décembre 38 et les a déclarés étrangers indésirables. En octobre 39, le camp de Westerbork est ouvert. Le 10 mai 40, la Wehrmacht occupe les Pays-Bas et, avec l’accord du gouvernement néerlandais, a eu accès aux émigrants.

Avant l’invasion allemande, la Hollande était un pays neutre. Donc, tous les militaires (cela concerne généralement des marins ou des aviateurs) qui pénètrent sur le territoire hollandais ont été internés. Il y avait un camp pour les allemands, et un pour les français (et les anglais). Ces internés pouvaient correspondre, mais leur courrier était censuré les autorités néerlandaises. Ces courriers sont très rares.

4-2 Pendant l’occupation allemande

  • Ilag : Un camp d’internement des civils(Ilag) aurait fonctionné à Haaren de 09/41 à 10/44
  • Camps d’otages:

Il en existe trois, dont  Sint Michielsgestel, dans lequel étaient enfermés 500 à 800 otages, réservoir dans lequel ils venaient prendre des personnes à fusiller en cas d’action de la résistance. Cependant, cela n’a pas eu d’effet dissuasif sur la population néerlandaise. Afin de ne pas faire des otages un statut de martyre, aucune autre fusillade n’a eu lieu et à partir du 25 octobre 1943, le camp a été évacué. Certains des prisonniers qui étaient encore là ont été déportés en Allemagne ou internés dans le camp de concentration de Herzogenbusch (Vught).

Ci dessous, scans extraits du livre de Geissler sur les camps

  • Camps de transit (de concentration, de regroupement), assimilables à des Dulags

Le principal est celui de Westerbork dans lequel se trouvaient principalement des Juifs, mais aussi des Sint et des Roms. Seuls environ 5 000 Juifs ont survécu à la déportation vers Auschwitz, Sobibor, Bergen-Belsen et Theresienstadt. Le dernier a quitté Westerbork le 3 septembre 1944. Le camp a été fermé peu après. Plus de 100 000 déportés y transitèrent ou y moururent.

Ci dessous, scan extraits du livre de Geissler sur les camps

Ce camp étant saturé, un deuxième camp de concentration/transit fut ouvert en janvier 43 : le camp de Kamp-Vught, aussi nommé camp de concentration de Herzogenbusch. 30 000 déportés y transitèrent. Comme de plus en plus de prisonniers juifs ont été transportés du camp de transit au camp d’extermination au fil des ans, cela s’est vidé de plus en plus. Les capacités libres qui en ont résulté ont été utilisées en juin 1943 pour mettre en place un camp de transit pour la police d’environ 2 900 prisonniers, dont des résistants et des Témoins de Jéhovah. Il a été fermé en septembre 44.

Ci dessous, scan extraits du livre de Geissler sur les camps:

 Camp de transit Amersfoort. À partir de 1941, ce camp (plutôt destiné aux politiques) a servi de camp de transit pour la police. Environ 37 000 prisonniers y ont été enregistrés jusqu’en 1945, dont 650 ont été tués au cours de cette période. Le 19 avril 1945, le camp est remis à la Croix-Rouge.

Ci dessous, scan extraits du livre de Geissler sur les camp

D’autres camps de transit ont existé : Barneveld, Ommen, Wadowice, Polizeiliches Dulag Schoorl

 

4-3 Après la guerre

Le 5 mai 45, environ 150 000 soldats allemands étaient présents sur le territoire hollandais. La plupart furent transférés en Allemagne, sous contrôle anglais, sauf  3 unités en charge du déminage (Au 1er octobre 1945, environ 7 000 hommes avaient été remis aux autorités néerlandaises) et du démantèlement des ouvrages de défense. Curieusement, ces unités étaient commandées par des allemands ! Elles jouissaient donc dune relative autonomie. Ces prisonniers pouvaient utiliser deux canaux pour correspondre avec leur famille en Allemagne (en 1946, maximum 350 mots)

  • Le canal anglais. Le courrier était transporté par la poste militaire anglaise à Munster, à un bureau spécial
  • Le canal hollandais. Des cartes pré-imprimées étaient remises aux prisonniers, qui les remettaient aux autorités hollandaises (MOD : service de déminage) à Breda, puis elles étaient censurées à Amsterdam puis remises à la poste allemande

 

5/ Censure

5-1/ Occupation allemande

Les allemands ne censuraient pas le courrier domestique hollandais. Le courrier vers l’étranger était censuré hors des Pays-Bas (Reich, France…), en fonction entre autre du pays de destination ou de provenance. Les colonies hollandaises, qui étaient restées fidèles à la reine en exil à Londres, avaient leur propre système de censure (Indes hollandaises entre  mai 40 et mars 42, Surinam et Antilles hollandaises pendant toute la guerre). De plus, la « Royal Netherland Navy » (dont le siège était à Londres) avait sa propre censure.

5-2 / Libération

Lorsque les villes sont libérées, les alliés trouvent beaucoup de lettres non distribuées old mail ou Überroller) dans les bureaux de poste. Après une période de rodage en septembre –octobre 44, pendant laquelle des bandes de censure PC90 (anglaises) ont été utilisées (les auteurs divergent à savoir si le courrier à été envoyé à Londres pour y être censuré, ou bien si du personnel a été transféré aux Pays-Bas), les anglais ont ouvert un bureau de censure le 15 novembre 44 à Eindhoven. Des bandes en hollandais avec un cachet manuel (4 chiffres) sont alors utilisées. Cela concernait aussi le courrier domestique. En mai ou juin 45, ce bureau déménagea à Amsterdam. La censure vers les pays neutres cessa le 1er octobre 45.

2 modèles de cachets (la seule différence est la taille des 4 chiffres:

Un seul modèle de bande:

Une deuxième censure fonctionna, la  A.C.N. (Allied Censorship Netherland) fonctionna en parallèle de juin 46 au 27 novembre 47. Elle concerne principalement les lettres à destination de l’Allemagne.

Le cachet circulaire existe dans deux diamètre (24 et 26 mm). Quant à la bande, il existe deux modèles, qui se distinguent par le numéro de série (C2 L 2362-46: c’est le modèle ci-dessous et C2 L 2777-46)

Il est à noter que les lettres saisies par la censure anglaise (aux Bermudes, par exemple dans le cas de lettres en poste aérienne Pays-Bas vers USA) ont été renvoyées aux Pays-Bas en 1951. De plus, lors de l’invasion de la région par les allemands, des sacs de courrier destiné aux Pays Bas s’est perdu en mai 40 dans le nord de la France. Les sacs ont été retrouvés en 1948 et distribué, après avoir été censuré.

5-3 Marine marchande

Avant l’invasion allemande de mai 40, le gouvernement néerlandais a très peu utilisé la censure du courrier (les seuls documents connus sont ceux provenant des camps d’internements de juifs allemands réfugiés et de quelques allemands fait prisonniers suite à des incursions en territoire hollandais.

Suite à une décision du gouvernement en exil d’avril 41, la correspondance entre la marine marchande hollandaise et leur famille restée aux Pays-Bas est autorisée. Le courrier transite par des « undercover addresses » situées au Portugal et le Royaume-Uni. Ces correspondances sont bien sûr censurées par les autorités anglaises et les autorités hollandaises en exil : bande neutre avec cachet « CENSOR VAN DE NEDERL. REGEERING /VOOR DE KOOPVAARDIJ ».

 

6 Undercover mail

Les Pays Bas étant neutres jusqu’en mai 1940, plusieurs boites postales à Amsterdam ont servi de « relai » pour permettre les correspondances entre les pays occupés par le Reich et les pays non occupés d’être acheminées

PO Box 115 : Thomas Cook pour l’Afrique du Sud

PO Box 510 : Marine marchande polonaise

PO Box 520 : Thomas Cook pour l’Australie

PO Box 525 : Thomas Cook pour la Nouvelle Zélande

PO Box 601 : Thomas Cook pour la GB

PO Box 602 : Thomas Cook pour le Canada

 

Après l’invasion, la marine marchande hollandaise a utilisé certaines adresses (je n’ai pas noté les nombreuses adresses aux USA)

Cristobal (Zone du Canal) PO Box 5014 et 5025, la Sté Wiese & Co et la PO Box 467 à Lisbonne, et la société Christiani & Nielsen à Bangkok

La marine militaire en exil a utilisé :

A Colombo (Ceylan). PO Box 558, à Londres la PO Box 237, le PO box 485 et apartado 182 à Lisbonne

Pour correspondre, les militaires en exil hollandais utilisaient

A Londres, la PO Box 237, la PO Box 264, le 110 avenida Duque d’Avila (Lisbone)

 

D’autres adresses ont été utilisées (pour les civils ?) : 7 Arco Escuro à Lisbone, 21 et 41 rua des Chagas (Lisbonne), 40 rua da impresa national (Lisbonne),

Enfin, le consul danois utilisait : PO box 164, 456, 482 (Lisbonne)

Pour terminer, plusieurs adresses à Barcelone permettaient de transmettre du courrier entre les Pays Bas et les USA 5 CALLE DE Buori 7-10, et 324 avenida Primo de Rivera

 

7/ Croix Rouge

Les Pays Bas étant coupés de leurs colonies, de nombreux messages ont été transmis via ce circuit.

La croix rouge a débuté ses transmission de messages hollandais le 10 aout 1940, et en a transmis  1 038 791 pendant la guerre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.