Slovaquie 39-45: marcophilie

1 Poste civile

Rien de particulier à signaler (les cachets tchécoslovaques continuent à être utilisés). Au début, on peut trouver des affranchissements mixtes (timbres tchécoslovaques + timbres slovaques sur la même enveloppe) :

 

Il y eu bien sûr de nombreux cachets commémoratifs.

Cas particulier des territoires polonais annexés. En septembre 39, suite à l’intervention de la Slovaquie en Pologne aux côtés des allemands, la Slovaquie annexa cinq districts (ils furent rendus à la Pologne en 1945) : Jablonka, Dolna Lepnika, Horna Zubrica, Jurgow et Fridman. . Des cachets circulaires, sans date, furent employés au début à côté des cachets à date polonais : POSTOVY URAD/armoiries/ nom ville.

Enfin, les territoires annexés par la Hongrie utilisent des timbres hongrois, et les cachets postaux sont modifiés pour utiliser le nom hongrois de la ville (exemple Kocise devient Kassa).

2 Poste militaire de campagne

2-1 slovaque

Dès l’attaque de la Pologne en septembre 39, le tout nouvel état slovaque envoya quelques unités pour combattre aux côtés d’Hitler. Une poste militaire a dû être créée en toute hâte. Les cartes de franchise de « l’ancien » état tchécoslovaque furent utilisées en attendant l’impression de cartes avec le logo de l’état slovaque. Il en existe 3 types.

Jusqu’au 7 septembre 1939, les anciens cachets tchécoslovaques sont utilisés. A partir du 8 septembre, le C de C.S.P. est retiré, ainsi que le NI de POLNI.  Il existait un bureau de tri (Turciansky Sväty Martin), un bureau collecteur (Rùzomberok). Il existe aussi 3 types de cachet de censure, très rares.

La poste de campagne fut dissoute une fois la campagne de Pologne terminée.

Mais en juin 1941, la Slovaquie se range aux côtés des allemands, et la Feldpost slovaque fonctionne à nouveau. Bien que bénéficiant de la franchise postale, on trouve des courriers affranchis soit de timbres slovaques, soit de timbres des pays occupés. Le courrier des petites unités intégrées à des unités allemandes était transporté par la feldpost allemande, tandis que les unités plus importantes utilisaient la ‘feldpost’ slovaque (l’oblitération est effectuée avec les même cachets que lors de la campagne de Pologne). Les correspondances sont censurées (cachet linéaire CENZUROVANE, ou manuscrit, puis, après 1943, une marque de censure encadrée sur 3 lignes). Les envois pouvaient être censurés à nouveau par les allemands.

Il y avait deux bureaux collecteurs (Presov 1 et Bratislava 2), qui acheminaient les correspondances vers un bureau central collecteur, avant d’être dispatchées dans les différents secteurs postaux. La ‘feldpost’ slovaque est dissoute fin 44

2-2 Feldpost allemande

Le 16 mars 39, quelques troupes allemandes entrent en Slovaquie

En Slovaquie, les soldats allemands bénéficient de la franchise à partir du 25 octobre 40. On distingue des courriers des soldats allemands, des soldats slovaques dans des unités allemandes et des quelques unités slovaques bénéficiant d’un numéro de secteur postal de la feldpost allemande.

 

3 Poste allemand de service

 Il n’y avait pas de poste allemande de service en Slovaquie. Le courrier des policiers, douaniers allemands en poste en Slovaquie était remis à l’agence de la poste allemande de service située en Bohème-Moravie la plus proche

 

4 Censure

Les marques de censure sont :

  • Cenzur, ou CE, ou C suivi d’un chiffre
  • Le bureau de censure allemand de Bratislava (capitale de la Slovaquie) appose la marque Nc dans un cercle de 19 mm qui signifierait soit ‘Nemacka Censura’ (qui se traduit par censure allemande), soit, selon d’autres sources ‘Narodny Censura’ (c’est-à-dire censure de l’état). Il semblerait que cette marque était apposée sur certaines lettres destinées à la Suisse. On peut aussi trouver la lettre R entourée d’un cercle.

Les bandes de censure sont de 3 types :

  • Texte en gras : CENZUROVANE
  • Texte encadré : Otvorene cenzùru
  • Ouvert pour le contrôle des devises (en 3 langues)

 

Le courrier en provenance ou à destination de la Slovaquie (en particulier entre la Slovaquie et la Bohême-Moravie) était censuré à Vienne (certaines sources indiquent qu’il existait une annexe à Prague).

5 Slovaques réquisitionnés

Fin 41, 80 000 Slovaques travaillaient en Allemagne 

 

6 Camps

Camps de regroupement de juifs (en attendant leur déportation en Pologne): Novaky. Ce camp était gardé par des membres de la garde Hlinka.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.