Norvège: contexte historique

La Norvège avait proclamé sa neutralité en 1939, ce qui n’a pas empêché l’Allemagne de l’envahir le 9 avril 40, en même temps que le Danemark, craignant un renforcement du blocus naval franco-anglais visant à empêcher les allemands de s’approvisionner en fer suédois. Les alliés (français, polonais et anglais) débarquent le 9 mai à Narvik (et en repartent le 8 juin). Le roi de Norvège, après s’être réfugié dans le nord du pays, part en exil à Londres le 7 juin 1940. Plus de 100 navires de guerre, et une grande partie de la marine marchande suit le roi en Angleterre. 15 000 norvégiens se battrons aux côtés des alliés, tandis que 8 000 rejoindront la Den Norske Legion, qui combattra aux côtés des allemands. Le 10 juin 1940, la Norvège capitule.

43 000 norvégiens se réfugieront en Suède (la légation norvégienne de Stockholm est aux ralliée au gouvernement en exil à Londres). Ils créeront une police entrainée par les suédois, qui rentrera en 1945 en Norvège.

Hitler nomme Josef Terboven « Reichskommissar », et le pronazi Quisling se désigne premier ministre le 1-2-42, après une tentative ratée de mettre sur pied un gouvernement de collaboration en avril 40.

Mais les alliés considèrent le gouvernement en exil à Londres comme seul gouvernement légitime.

En novembre 44, l’armée rouge occupe l’extrême nord du pays. Les allemands se rendent le 8 mai 45, le roi Haakon VII rentre le 7 juin en Norvège.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.