Lettonie (39-45). Marcophilie et philatélie

  • jan à juin 40                 : Michel 281 à 287 et 290 à 291 (Yvert n° 248 à 255). Dernière série de la Lettonie indépendante. Blason.

1/ Première occupation soviétique (40-41)

Selon le protocole secret du pacte germano soviétique d’aout 39, les états baltes (dont la Lettonie) sont dans la zone d’influence soviétique. En octobre 39, plusieurs milliers de soldats soviétiques s’installent dans des bases sur le territoire letton. Les allemands, installés depuis plusieurs générations, doivent partir pour s’installer dans le General Gouvernement nouvellement créé.

Le 15 juin 40, les russes attaquent des postes frontières, et envahissent le pays le 17 juin. Suite à des élections truquées (15 juillet 40) , le nouveau parlement demande le rattachement de la Lettonie à l’URSS (il sera effectif le 5 aout 40). Ulmalis, le président letton (voir timbre Yvert n° 510), qui a dissout le parlement en 1934, est arrêté le 21 juillet 40 par les russes et meurt en 1942. Des grandes déportations ont lieu le 14 juin 40 (voir le bloc Yvert BF n°36), juste avant l’invasion allemande.

  • 17 aout 40                  : Michel n° 288 et 289 (Yvert n° 253A et 253B). Fin de la série de 1940 (blasons).
  • Oct à déc 40               : Michel n° 256 à 268 (Yvert n° 292 à 304). Faucille et marteau. (République soviétique de Lettonie).

Il existe aussi des surcharges non reconnues :

Pendant quelques mois les tarifs postaux de l’ex Lettonie continuent à être utilisés conjointement avec les tarifs soviétiques, ces derniers devenant les seuls valables- ainsi que les timbres soviétiques- le 15/12/40, avec une tolérance pour le courrier domestique jusqu’au 20/1/41. Comme dans les autres Etats Baltes, des cachets soviétiques bilingues (plusieurs modèles) remplacent progressivement les anciens cachets lettons, dans les grandes villes comme Riga. Dans les bourgades, ce n’est que vers 1955 qu’ils sont introduits !

2/ Occupation allemande (41-44)

En juin 41, la majorité de la population accueille donc les allemands en « libérateurs ». Ils occupent la totalité du territoire le 8 juillet. Une administration militaire est mise en place ; elle sera remplacée le 1er septembre 41 par une administration civile allemande, puis en 1942 par une administration lettone (sous contrôle allemand).

2-1 Poste civile

La poste civile fut remise en marche dès juillet 41, et les installations postales furent intégrées à la poste allemande le 1er octobre 41. Les postes lettonnes émettent mi juillet une émissions locales « de la libération » (6 timbres russes surchargés, sans autorisation des allemands), Ces timbres perdent leur validité le 31 octobre 41 avec l’arrivée des timbres allemands surchargés « Ostland ».

  • Juillet 41                     : Michel n° 1à 6 (Yvert n° 1 à 6)

Pendant une période provisoire (jusqu’en novembre 41 date de l’arrivée des timbres allemands surchargés « Ostland ».), des timbres lettons, russes, russes surchargés localement et allemands sont utilisés pour affranchir le courrier.

En octobre 41, les correspondances deviennent possibles avec le Reich, puis en février 42 avec les autres territoires occupés par le Reich.

Dans certaines grandes villes, des cachets bilingue (allemand-letton) furent introduits rapidement par les allemands. Puis une germanisation progressive des autres villes commença vers 1943.

2-2 Poste militaire

Unités allemandes:

Ce pouvait être la poste de service (Dienstpost) qui se chargeait du courrier militaire (feldpost)

Lettons:

Les allemands mettent en place une unité para militaire, la « police auxiliaire », qui part se battre sur le front de l’Est dès fin 41. En janvier 43, une unité de Waffen SS est créée, la « légion lettonne » (dissoute en mai 45). Elle était composée d’appelés lettons enrôlés souvent de force. Selon l’ouvrage de Kreft, en 1943, 18 000 lettons servaient dans la légion lettonne (qui devint la 15ème div d’infanterie de la Waffen SS) et 13 400 dans la Wehrmacht. Les plis sont assez rares.

En juillet 44, une unité spéciale, les Kurelians, composés d’anciens légionnaires, assez proche idéologiquement du Conseil National letton (organisme de résistance créé en 43, plutôt pro occidental) est créée pour combattre les soviétiques  mais les allemands les désarment en novembre 44.

Des vignettes de « secours de guerre » devaient être émises au profit de ces soldats lettons SS. Mais l’arrivée des troupes russes ne permis pas de mener le projet à bien (le projet serait présenté dans le musée philatélique de Stockholm).

Des soldats lettons combattirent aussi au sein de l’armée rouge (plus de 50 000 selon certaines sources).  Le 12 septembre 1941, création de la 201 division des tirailleurs lettons (composée de lettons ayant quitté de gré ou de force leur pays lors du retrait des troupes soviétiques en juin 41).

En 44-45, des lettons (aux côtés des allemands) combattent d’autres lettons (aux côtés des soviétiques), en particulier à Courlande

La flotte lettone, quant à elle, s’est ralliée aux Alliés.

2-3 Courlande (Kurland)

Les troupes soviétiques entrent dans le pays durant l’été 1944 (Riga tombe le 13/10/44), et annexent à nouveau la Lettonie qui devient une république socialiste soviétique. Il est à noter que 200 à 250 000 soldats allemands et lettons, ainsi que 250 000 civils (et plus de 100 000 réfugiés)  sont encerclés dans la presqu’ile de Courlande (les derniers soldats allemands seront fait prisonnier  le 23 mai 45).

2-3-1 Poste militaire : Les communications par voie terrestre étaient impossibles, mais les ports de Libau et l’aéroport de Windau permettaient d’expédier des lettres. En mars 45, des timbres d’admission de la Feldpost (Michel n° 4) ont été utilisés coupés en 2 pour expédition appelée ‘Kurland Schnellbrief’ (courrier rapide de Courlande). Les cartes étaient vendues avec le demi timbre ‘pré-oblitéré’ par un cachet de la Feldpost du bureau de transit  734 (n° Lq 17092). De très rares lettres (mi mars à fin avril 45)  ont survécu (100 ?), d’où les nombreuses falsifications (y compris d’époque au détriment de la Feldpost).

2-3-2 Poste « civile ». Le vaguemestre de l’armée allemande avait un stock de timbres à l’effigie d’Hitler de 5, 6 et 10 pf, ainsi que de timbres bruns de la poste de campagne. Mais pas de timbres 6 ou 12pf (Ostland) correspondant au tarif des cartes et des lettres. Il fit donc surcharger 6 pf le stock de timbres Hitler et 12 pf celui de timbres de la feldpost par une imprimerie locale. Selon le catalogue Michel, on ne rencontre pas d’enveloppes ayant régulièrement circulées. Et il existe de nombreuses fausses surcharges. Mais il est possible de rencontrer des timbres oblitérés  authentiques (et plus fréquemment des CTO). Mais bien sûr des cachets volés ont été utilisés pour oblitérer après la guerre des timbres dont la colle était défectueuse.

2-4 Poste de service (plus d’informations : voir Lituanie)

Les deux premiers bureaux à ouvrir sont ceux de Libau (Liepoja) et Mitau (Jelgava). Ils étaient ouverts le 19 aout 41. Dans la poche de Courlande (Kurland), la poste de service a fusionné avec la poste de campagne et fonctionna jusqu’à la capitulation allemande (ainsi que la poste civile).

Ci dessous, quelques exemples de la poste de service du bureau de Riga, extraits de l’ouvrage de Schlutz:

 

Un « STO » (service du travail obligatoire) a aussi été mis en place (20 000 lettons partiront en Allemagne). 

2-5 Censure : aucune information pour la période précédant l’arrivée des troupes soviétiques

Concernant la période allemande, Reimer et Landsmann signalent un rare cachet linéaire ‘Zur Beförderung/ zugelassen’ (autorisé).

Comme dans les autres Etats Baltes, les correspondances à destination de l’étranger (même en 39-41, avant l’arrivée des troupes allemandes) étaient censurées à Konigsberg (Prusse Orientale).

 

2-6 Camps :

Salispils Fin 1941, à 18 km de Riga, le camp de concentration de Salispils est construit. Dès la fin de l’été 1944, le camp est fermé et les prisonniers sont expédiés à Dantzig dans le camp de concentration de Stutthof. De décembre 1941 à février 1942, plusieurs milliers de Juifs d’Allemagne sont amenés dans le camp dans une vingtaine de trains de déportation, qui ont servi à le construire. Des juifs allemands, puis tchèques et autrichiens furent envoyés à Salispils. les Juifs étant systématiquement évacués à partir de mai 1942, le camp est principalement utilisé pour les Lettons et les Russes emprisonnés.

Lettre du 18 5 44 du camp de Salispils avec cachet violet « Geprüft » et sceau officiel de la police du camp et des SD en Lettonie (ouvrage de Geissler:

Riga Kaiserwald (Mezaparks) Source Wikipedia

Kaiserwald a été construit non loin de Riga en mars 1943,. Les premiers détenus du camp étaient plusieurs centaines de prisonniers de droit commun en provenance d’Allemagne.

À la suite de la liquidation des ghettos de Riga, Liepaja et Daugavpils en juin 43, le reste des Juifs de Lettonie, ainsi que la plupart des survivants de la liquidation du ghetto de Vilnius ont été déportés à Kaiserwald. Après l’occupation de la Hongrie par les Allemands, les juifs hongrois ont été envoyés à Kaiserwald, tout comme un certain nombre de Juifs polonais de Lodz. Les détenus ont été mis au travail pour de grandes entreprises allemandes. Le 6 aout 44, alors que l’armée rouge avançait vers l’ouest et entrait en Lettonie, les Allemands commencèrent à évacuer les détenus de Kaiserwald au camp de Stutthof, en Pologne.

L’armée rouge libéra le camp le 13 octobre 19445.

Geissler : Kaiserwald est situé dans la banlieue de Riga ; les SS y firent construire un camp de concentration sur ordre de Himmler au début de 1943. Mi-1941, le ghetto de Riga avait déjà été construit à peu près sur le même site, (les habitants avaient été presque complètement assassinés au bout d’un mois). Cela a créé un espace pour de nouveaux trains de déportation. Bien que le camp de concentration fût relativement petit, il était d’une importance énorme en tant que camp de regroupement et de transit pour le Commissariat du Reich d’Ostland de l’été 43 jusqu’au retrait des troupes allemandes à l’automne 1944.

 

3/ 2ème occupation soviétique (à partir de l’automne 44)

Après la guerre, l’Union Soviétique annexe la ville lettone d’Abrene (Pitalova en russe).

150 000 à 200 000 lettons se réfugient en Allemagne (100 000 resteront dans des camps de DP, 25 000 soldats seront internés dans des camps de POW anglais et américains

Comme dans les autres Etats Baltes, une résistance anti soviétique continue quelques années après la fin de la guerre (les ‘’frères de la forêt’’).

Goulag

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les lettres provenant des camps de concentration de Viatlag étaient écrites en russe, et non en letton, car elles devaient être examinées par la censure militaire. Par contre, les lettres envoyées des camps après la guerre étaient écrites en letton

Les lettres étaient écrites sur de l’écorce de bouleau, l’un des seuls matériaux disponibles sur les lieux de déportation. Ce fut particulièrement le cas au cours de la Seconde Guerre mondiale en raison de la rareté du papier. (la lettre ci dessous est un scan d’un ouvrage historique du musée de Riga) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.