Alpenvorland (OZAV)

Le 10 septembre 1943, en réponse à l’armistice entre le roi d’Italie et les alliés, les allemands créent dans le nord de l’Italie l’OZAV(« capitale » : Bolzano –Bozen en allemand) et, en même temps, une zone que l’on peut appeler Adria, à cheval sur l’extrême nord-est de l’Italie (villes : Trieste, Udine…) et l’ouest de la Slovénie (Ljubljana, Rijieka –Fiume en Italien…)  Les allemands rêvent d’une région regroupant les anciennes terres de l’Empire austro-hongrois, comprenant l’Istrie, la Slovénie et le Nord de l’Italie. Cette région devait porter le nom d’ADRIA ALPERVORLAND.

Dans l’OZAV, la lire reste la monnaie, mais les journaux italiens sont interdits, de même que le parti fasciste italien de Mussolini ! Les juifs sont déportés, des camps de transit (Bolzano, Trieste, Fossoli, Borgo San Dalmazzo) sont ouverts

Poste allemand de Service

Une poste allemande de service fut installée sur la côte Adriatique (Adria) et dans les pré-alpes orientales en octobre 43 (Alpenvorland). Les hommes et le matériel permettant de faire fonctionner cette poste de service venait de Klagenfurt et d’Innsbruck, deux villes autrichiennes. L’Alpervorland ne se situe que sur des territoires italiens, tandis qu’Adria est à cheval sur des territoires italiens (Trieste, Udine, Pola en Istrie..) et slovènes (Ljubjiana). Le siège de la poste de service d’Adria était situé à Trieste, et se chargeait du courrier soldats de la Wehrmacht, et à celui des intérêts allemands dans la région (et, avec une autorisation spéciale, des allemands résidents sur place). Les correspondances qui ne bénéficiaient pas de la franchise (entreprises allemandes par exemple) affranchissaient les enveloppes avec des timbres allemands. Cette poste de service fonctionnait donc en parallèle avec la poste civile italienne, qui utilisait des timbres de la République Sociale Italienne (RSI).

Cette poste de service fonctionna jusqu’au 30 avril 45. Elle comprenait 16 bureaux, 7 agences, 40 succursales et 76 bureaux auxiliaires

Les employés venant du bureau de poste de Klagenfurt 2, les étiquettes de recommandation utilisées étaient celles de ce bureau. Les cachets sont très nombreux, qu’ils soient oblitérant (avec date) ou non (Durch Deutsche Dienstpost Adria).

Ci dessous une lettre (probablement philatélique) d’une lettre postée à Riva (ville au nord du lac de Garde) avec le cachet oblitérant de la poste de service allemande, une étiquette de recommandation (neutre, avec cachet de la poste de Riva) et le cachet de service (en bas à gauche).La carte, purement philatélique (n’a pas voyagée) avec le cachet oblitérant de la poste de service de Trente:

A l’issue de la guerre, le matériel de ces bureaux de poste fut remis aux italiens ou aux partisans yougoslaves.

Poste militaire

Allemande (source : Kreft (la feldpost allemande)

Les soldats allemands basés en Italie bénéficient de la franchise postale (à partir du 4/10/40). Des italiens, soit à titre individuel, soit des unités complètes ont été intégrées dans des unités allemandes, et cela même avant la capitulation de septembre 43. Il leur fut attribué des numéros de SP compris entre 00001 et 67999. Après cette date, la plupart des soldats italiens furent fait prisonniers par les allemands (ou intégrés dans l’organisation Todt). Des soldats, cependant, préférèrent combattre aux côtés des allemands (division italienne 1-4). Normalement, leur correspondance est revêtue d’un cachet POSTA DA CAMPO et ils utilisent un n° de SP compris ente 80000 et 88000

Un timbre italien pour express a été surchargé FELDPOST / 2kg, à Vérone. Il n’aurait pas été utilisé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.