Autriche Marcophilie (1938-45)

Plan :

  1. Censures (Reich, alliés)
  2. Correspondance militaire (Reich, italiens, occupation après guerre)
  3. Camps de prisonniers
  4. Camps de concentration
  5. Croix rouge
  6. Undercover

 

1 Censures

Il n’existe pas de censures spécifiques à l’état autrichien.

On peut distinguer les censures postales imposées par le Reich, suite à l’Anschluss puis celles de l’occupation des troupes alliées à partir de 1945

 1-1 Contrôle postal du Reich

1-1-1    Contrôle des devises, effectué à Vienne (en fait, parfois, le contrôle des devises entrainait aussi un contrôle des communications – censure déguisée !). Le contrôle des devises a été mis en place peu après l’Anschluss (mars 38)

La bande la plus courante refermant les enveloppes (Zur Devisennüberwachung Zollantlich geöffnet = ouvert par les douanes pour le contrôle des devises) est presque identique à celle utilisée en Allemagne, (la seule différence est le « h » de « tich » qui est droit sur la bande autrichienne). Au début, des bandes de type allemand ont été utilisées avant les bandes spécifiquement « autrichiennes ».

Il existe aussi des bandes utilisées juste après l’Anschluss (dessin en forme de cercles sur la bande et cachet manuel sur 2 lignes). On trouve aussi des cachets apposés sur la bande de fermeture (texte dans un rectangle ou losange). Le cachet peut être apposé sur une lettre sans bande.

  1-1-2  Contrôle du courrier

Le bureau de censure de Vienne, à qui est attribuée la lettre « g », a été mis en place par les allemands vers Octobre ou Novembre 1939 (certains spécialistes indiquent le 1er décembre 39). Comme pour les autres régions du Reich, le courrier interne n’était pas examiné. Le bureau de Vienne censurait :

– Le courrier en provenance ou à destination de la Bulgarie, Croatie,  Grèce, Hongrie, Roumanie, Slovaquie, Turquie et Yougoslavie (et Serbie/Croatie après 1941). Le CCSG signale même une lettre de 1943, postée au Caire, pour Istanbul, censurée à Vienne.

– Le courrier en transit originaire de France, Italie (et Vatican) et Suisse à destination des pays ci-dessus ainsi que les lettres France-Levant

– Le courrier des prisonniers de guerre italien en Égypte

– Le courrier des internés allemands en Palestine et Égypte (entre octobre 1940 et mars 1941), et aussi d’Iraq et Inde anglaise (entre Janvier et mars 41)

– Certains courriers de la Feldpost de Vienne à partir de mai 43

Certains courriers indicés 7a, 9a… de prisonniers dans la région Adria et Alpenvorland à  partir de mi 44  (voir détails dans le Landsmann page 257).

Il est à noter que les enveloppes contenant des indications sur des brevets sont envoyées à Berlin pour y être examinées.

Le bureau de Vienne a fonctionné jusqu’à Avril 45.

Les marques sont les suivantes :

Cachets manuels

  • Cercle de diamètre 34 à 36 mm avec , au dessus, le mot Geprüft (utilisés jusqu’à aout 44). Ces cachets (ainsi que les cachets linéaires) étaient apposés sur la bande de fermeture, pour indiquer que la lettre pouvait être remise dans le circuit postal.
  • Simple ou double cercle, diamètre 28 ou 31 mm, avec le texte Zensurstelle ou Prüfstelle, 2 fois la lettre « g » et Geprüft ensuite. Cachet utilisé entre fin 44 à avril 45.
  • Un cercle diamètre 20 à 22 mm, avec la lettre Ag, apposé sur la bande de fermeture (assez rarement),lorsque les enveloppes étaient ouvertes et plus généralement sur les enveloppes non ouvertes (en transit) ou les cartes postales.
Lettre du 9-11-43 Turquie vers Slovaquie. Marque de transit (censure) à Vienne ET slovaque recto
  • Ponctuellement, un cachet « Auslandsbriefprüfstelle Wien » a été utilisé mi 40.
  • Enfin, le reçu de colis postal ci-dessous a reçu une marque de censure. Il a été déposé dans une ville autrichienne (Moosburg), je suppose donc que la marque de censure a été apposée dans celle ville:

Cachets linéaires

  • Cercles avec l’aigle et le texte « oberkommando der Wehrmacht » séparés par 2 à 7 lignes (entre mai 40 et octobre 44)
censure Slovaquie – Bohème
  • Texte : Zensurstelle entre septembre 44 et avril 45 (2 ou 7 lignes)
censure fin 44 Hongrie vers Reich
  • Cachets linéaires sur des bandes kraft (utilisé à partir de début 42): aigle, GEÖFFNET (et lettre g en dessous), aigle, OKW (ou, à partir de septembre 44, Zensurstelle, aigle…). Existe aussi, mais rare (février à août 44), un cachet linéaire avec 4 traits et un cercle avec Ag
censure Reich vers Turquie

Censure de la Gestapo

  • La Gestapo a des cachets linéaires ou manuels (ronds) avec le texte : Geheime Staatspolizei (utilisé principalement sur les bande de fermeture des journaux). Dans les grands centres de censure, la Gestapo se chargeait de la censure des magazines/journaux étrangers.
censure le la Gestapo à Vienne

Bandes de fermeture

Jusqu’à septembre 44, cercle avec aigle (et oberkommando der Wehrmacht) et, entre 2 cercles, le texte « Geprüft » (examiné) puis à partir de janvier 10 « Goëffnet » (ouvert). A partir d’octobre 44, « Zensurstelle » remplace « oberkommando der Wehrmacht ». La lettre « g » (et plus rarement « e ») est inscrite sous l’aigle.

Il existe aussi de nombreuses étiquettes ou cachets d’avertissement :

Quelques exemples de lettres en transit censurées par les allemands à Vienne

La plupart des lettres que l’on rencontre avec une marque de censure du bureau de Vienne concerne des lettes en transit. Les exemples ci-dessus concernent principalement des lettres en transit par l’Autriche (Slovaquie avec Bohême-Moravie, proche Orient et Europe de l’Est avec Europe de l’Ouest..). Mais on trouve aussi des lettres postées en Autriche pour un pays d’Europe de l’Est

Exemples de lettres entre la France et le Levant. La plupart des lettres entre la France et le Liban, à partir de l’armistice, et jusqu’à l’arrivée des troupes anglaises et de la France Libre (soit entre mi 40 et mi 41), qui sont expédiées par voie terrestre, sont ouvertes par les allemands à Vienne. Quelques exemples ci dessous:

1-2 Censure des alliés

Les correspondances sont censurées par les autorités russes, américaines, anglaises et françaises dans leurs zones respectives d’occupation (qui n’ont été définitivement définies qu’en aout 1945).

En zone russe, la censure commence un peu après la reprise du courrier (qui a lieu le 2 mai 45 – les premiers courriers ne sont donc pas censurés !) et dure (ainsi qu’à Vienne) jusqu’au 12 août 1953, malgré les protestations du gouvernement autrichien.

Dans les autres zones, la censure est transférée des autorités militaire d’occupation vers les autorités civiles autrichiennes en avril 46, et cesse pour le courrier interne mi octobre 46, puis mi novembre 47 pour les courriers vers l’étranger (sauf vers l’Allemagne et le Japon : elle continue quelques années vers ces pays).

1-2-1 les Überroller cover

Remarque: comme dans d’autres territoires occupés par les alliés, on rencontre des « Überroller cover », c’est à dire des lettres censurées par le Reich ET par les alliés. Cela peut concerner une lettre en provenance de l’étranger, censurée par les allemands à Munich, bloquée puis distribuée à Vienne alors que cette ville est passée sous contrôle allié. Ou, dans l’autre sens, une lettre postée et censurée à Vienne sous contrôle allemand, bloquée, puis distribué à l’étranger après avoir été censurée par les alliés occupant l’Autriche. Ci dessous un exemple du CCSG bulletin de janvier 2017. Lettre postée le 14 mars 1945 en Suisse, censurée par les allemands à Munich (en vert, à gauche) puis à nouveau par les alliés en Autriche:

1-2-2 Introduction :

La capitale autrichienne, Vienne, était divisée en cinq secteurs, le 1er district étant administré conjointement par les quatre puissances en tant que secteur international. Deux bureaux de censure fonctionnaient ici: dans le bureau de poste principal pour tout le courrier à destination et en provenance de l’ouest et dans le bureau de poste de la gare 76 pour le reste du trafic postal. À Vienne, la reprise du courrier dans le secteur soviétique a eu lieu le 2 mai 45, le jour de la capitulation (toujours sans censure), début juillet dans le secteur américain ( la censure a immédiatement débutée), le 16 juillet dans le secteur britannique et enfin le 30 juillet 1945 dans le secteur français. Les activités de censure ont pris fin officiellement le 12 août 1953 à Vienne.

Dans le reste de l’Autriche tout le trafic postal domestique reprend partir du 1er octobre 1945, et à partir du 2 janvier 1946 les envois postaux avec des pays étrangers sont autorisés. Dès le 1er avril 1946, les administrations militaires occidentales transférèrent leur autorité de censure aux autorités civiles autrichiennes, qui levèrent ensuite la censure pour les émissions nationales à la mi-octobre. À la mi-novembre 1947, la censure du courrier étranger cessa également, à l’exception des expéditions vers l’Allemagne et le Japon, qui se poursuivirent pendant environ deux ans. Dans la zone soviétique (comme à Vienne) en revanche, les activités de censure ont pris fin officiellement le 12 août 1953.

1-2-3 Zone d’occupation française

On rencontre 3 formes de cachets (la bande de fermeture porte toujours le texte « CONTRÔLÉ », avec quelques variations de dimension)  :

  • Ovale double, dans les villes de Bregenz ( indicatif BZA ou BZE), d’Innnsbruck (indicatif IKA ou IKE)
Lettre postée en aout 47 à Innsburck pour l'Allemagne censure française Innsbruck (IKA)
Lettre postée en aout 47 à Innsburck pour l’Allemagne censure française Innsbruck (IKA)
  •  Cercle double dans les villes de Bregenz ( indicatif BZA-I ou BZE-I), d’Innnsbruck (indicatif IKA ou IKE)
  •   Cercle simple, diamètre 30 mm, à Vienne, en 1952, avec un chiffre ou une lettre au centre

1-2-4  Zone américaine

Le courrier reprend le 10 octobre 45 (2 janvier 46 pour l’étranger). Les bureaux de censure sont installés à Salzbourg, Linz, Inssbruck (avant l’installation des français), Wels et Steyr.

La censure cesse en novembre 1947 (et 12 aout 48 pour les lettres destinées au Japon-Allemagne)

Les cachets sont beaucoup moins nombreux qu’en Allemagne occupée.

Cachet circulaire de 25 à 30 mm (Military censorship/ nombre/civil mail)

Cachet circulaire 25 mm (nombre / Freigestellt)

Rectangle 48 x 14 mm FREIGESTELLT

6 lignes ondulées

25 Bandes de fermeture différentes. Texte EXAMINED BY           OPENED BY / MIL CEN-CIVIL MAILS            OPENED BY ARMY EXAMINER

1-2-5 Zone anglaise

Reprise du courrier :16 juillet 1945 (2 janvier 46 pour l’étranger) Le courrier bloqué à la fin de la guerre est distribué fin juillet 46. Le bureau de censure était situé à Klagenfurt, puis à Gratz, avant d’être transféré aux autorités civiles autrichiennes. La censure cesse le 10 novembre 47 (14 février 48 pour courrier destiné au Japon-Allemagne)

Il existe 18 modèles de cachets :

  • Circulaires (texte : BRITISCHE PRÜFSTELLE / nombre / ÖSTERREICH, ou bien ZIVILZENSUR IN DER BRITISHEN ZONE / chiffre ou C.C.G.)
  • Linéaires ou rectangulaires (C.C.G. ou ZZBZ)

La bande de fermeture porte le message : GEÖFFNET (il existerait 75 modèles différents !)

1-2-6 Zone russe

En raison de la durée de la période de censure, les modèles de cachets de censure sont nombreux. Le plus fréquent est un cercle, avec le texte suivant : österreichische Zensurstelle/ n° / S.Z.

1-2-7 Vienne

Après la disparition de la censure  dans les zones anglaises, française en américaine entre 1947 et 1948; la censure du courrier ne continue à être exercée dans la zone soviétique ET à Vienne, dans tous les secteurs.

A partir de janvier 52 et jusqu’à aout 53, et à la demande des autorités autrichiennes, le texte devient Alliente Zensurstelle

 

2 Correspondance militaire

2-1 Troupes du Reich

Les troupes allemandes entrent en Autriche le 12/03/38. Jusqu’au 20 mai, les envois de la Feldpost bénéficient de la franchise de port. On trouve cependant des courriers affranchis de timbres allemands ou autrichiens.

 

Les numéros de cachet de la Feldpost utilisés sont, entre autres,  7, G10, 17, 27,54 , 238, 405, 407,413, 473, 570, 571, 572, 577, 573 (pour les cachets à simple cercle, mention FELDPOST) et 7,10,54 et 571 pour les cachets double cercle (mention DEUTSCHES FELDPOSTAMT…)

2-2 Troupes italiennes

La PM 90 a été basée à Vienne du 23/03/42 au 27/08/42 avant d’aller en Pologne) et la PM 89 Sez A du 30/12/42 au 09/09/43

2-3 Occupation de l’Autriche après la guerre

Les anglais utilisent, entre autre, les numéros FPO 167, 284, 285,286, 287,288, 385, 481, 525,546, 584, 710 et 746.

Troupes américaines (extrait de http://www.postalhistory.com). N° d’A.P.O et estimation

0003   $5.00                 0019   $15.00          0026   $10.00        0044   $10.00         0058   $15.00

0060   $15.00               0080   $10.00           0083   $10.00       0139   $25.00          0150   $20.00

0174    $15.00              0200   $15.00           0261   $20.00        0340   $10.00         0360   $20.00

0400   $25.00               0411   $15.00            0436   $10.00        0450   $20.00         0470   $20.00

0472   $5.00                0541   $15.00             0578   $15.00        0645   $5.00          0777   $20.00

PR34   $25.00

3 Camps de prisonniers

3-1 Camps de prisonniers (par le Reich)

Ce sont les camps situés dans le district militaire XVII et XVIII.

  • District XVII

Fin Septembre 39, le Dulag J de Kaisersteinbruch, situé à une trentaine de km de Vienne (ouvert un mois plus tôt) est transformé en Stalag XVII-A. Environ 50 000 prisonniers y étaient détenus, de toutes nationalités.

Fin octobre 39, le Dulag Krems-Gneixendorf (ouvert fin Septembre 39 au nord-ouest de Vienne) devient le Stalag XVII-B et le Dulag Döllersheim (ouvert dans la même région) devient le Stalag XVII-C. En Juillet 40, le Stalag XVII-B récupère les prisonniers du XVII-C, qui est fermé. Libéré par les russes le 05.05.45. Environ 55 000 à 100 000  (selon qu’on y intègre ou non les Arbeitkommando) prisonniers y étaient détenus, de toutes nationalités.

Ci dessous, exemple d’une photo envoyée par un prisonnier à sa famille

Attention : le Stalag XVII-D qui a fonctionné en 1941 sous ce nom, est situé en Pologne !

  • District XVIII

L’Oflag XVIII-B (ouvert en Octobre 39 en Carinthie) est transformé en Stalag XVIII-A en mars 41. Les prisonniers en prennent le contrôle le 8 mai 45. Il y avaient environ 45 000 prisonniers de toutes nationalités.

Lettre du camps XVIII A vers un camps de prisonniers (Italien) en Inde

Un « sub-camps » dénommé Stalag XVIII-A/Z, situé à une centaine de km, a fonctionné en septembre 44. Pas de marque postale répertoriée.

Le 07 février 41, l’Oflag XVIII-C, situé à Spittal (sud de l’Autriche), est renommé Stalag XVIII-B. Le 3 octobre 42, il déménage à Wagna, situé plus à l’Est. Puis à Pupping/Efferding le 31 mars 43. Il est alors renommé Stalag 398.

En mars 41, la construction du Stalag XVIII-C (aussi appelé Stalag 317), situé entre Innsbruck et Salzburg débute

Lettre pour le camp XVIII D avec un cachet de censure du camps XVIII C

Il est à noter que le Stalag XVIII-D est situé en Slovénie. Il a donc été ouvert après l’annexion d’une partie de ce territoire yougoslave par le Reich en 1941

L’Oflag XVII-A a été ouvert mi juin 40 à Edelbach. Les prisonniers étaient français et polonais.

Les Oflag XVIII-A  -B   -C, ont été ouverts en Octobre 39 . Ils étaient situés respectivement à Lienz, Wolfsberg et Spittal. Les prisonniers étaient français, belges et polonais. En mars 41, l’Oflag XVIII-B a été renommé Stalag   XVIII-A et l’Oflag XVIII-C  a été renommé Stalag  XVII-B

  • Il y avait, bien sûr, comme partout sur le territoire du Reich, des camps de travail (dans ce cas, les courriers sont affranchis) pour les français du STO, par exemple

3-2 Après guerre

Environ 40 000 SEP (« surrendered enemy personnel »).

Selon Stich, la plupart des camps étaient situés autour de Gratz (n° 102, 335, 827, 828, 835, 837, 844, 853, 873 et 951), de Klagenfurt (140, 723, 956, 1062, 1082 et 1086), de St Veit (1056, 1065, 1093 et 1114), de Villach (103, 325, 774 et 917) et de Loeben (956 et 959). Des POW travaillaient aussi dans des SEP labor Gangs (1075, 1083, 1098), des labor gangs (1065, 1086 et 1090). Mais il en existaient d’autres.

La libération des prisonniers avaient lieu dans le camps n° 2 de Feistritz.

Les autrichiens étant intégrés aux forces combattantes du Reich comme tous les allemands, ils furent fait prisonniers tant par les américains que par les russes. Ci dessous une carte envoyée en 1947 par un soldat autrichien prisonniers dans un camps en Russie. L’adresse est la croix rouge à Moscou.

Il y avait aussi un certain nombre de camps de personnes déplacées, à savoir des civils ayant quitté l’Europe de l’Est (allemands par exemple) ou des camps de concentration. Je ne sais pas si on trouve des marques postales spécifiques. A Bleiburg, un camps de réfugiés croates fut installé

4 Camps de concentration

Le camp de Mauthausen, ouvert en Aout 38, est situé dans l’ancienne Autriche (200 000 prisonniers, dont la moitié périt). Fermeture: 5 mai 45

Camps de Mauthausen et quelques Kommandos

Dans ce camp périrent, entre autre de nombreux républicains espagnols qui s’étaient réfugiés en France (6 300 ont été déportés).

On trouve des enveloppes, papier à lettres, cartes postale, entiers (et, à partir de 1942, des triptyques qui remplacent les lettres sous enveloppes) à l’entête du camp (Mauthausen, et Mauthausen/Gusen). On trouve aussi des avis d’internement. On trouve aussi des cartes bilingues (allemand + français ou espagnol) des cartes pour les commandos…

De  nombreuses marques existent (censure : une quinzaine différentes, des marques administratives, des cachets d’oblitération postales pour les commandos et des papillons d’instruction) Ce courrier est assez rare.

La lettre ci-dessous fait partie de ma collection

Les deux scans ci-dessous sont extraits du livre de Geissler:

Un deuxième camp (commando) était situé à Gusen (composé de 3 camps, Gusen I, II et III). Il était considéré comme un camp « jumeau » de Mauthausen. Il ouvre en mai 40 et ferme le 5 mai 45. Gusen est près de Linz

Il y avait aussi un camp de transit près d’Innsbruck.

Enfin, une société de Guernesey (Postal Auction) répertorie une dizaine de camps pour juifs en Autriche, sans préciser si des cachets spéciaux pour des éventuels courriers sont connus.

5 Croix Rouge

Lors de la déclaration de guerre, l’Autriche était intégrée au Reich.

En tant qu’état indépendant, le 1er message date du 23 juillet 1945. 185 222 messages ont été transmis via ce canal.

6 Undercover addresses

Box 100 à Vienne, qui transmettait des lettres de SS de/vers les territoires occupés

Box 110 et 113, à Vienne, qui transmettait des lettres de SS hongrois et roumains (les enveloppes portent un cachet « Absender: Wien62, Schliessefach 110 F.R.). Si un roumain veut écrire à son fils qui combat dans le SS, il met dans une enveloppe adressée à la BP 110 de Vienne une autre enveloppe avec le nom et le feldpost n° de son fils. Son fils, quand il répond, envoie la lettre à la BP 110, qui transmet à ses parents via la poste locale, avec comme adresse d’expéditeur la boite 110, FR (FR étant une entreprise qui a réellement existé).

Les volontaires suisses de la Légion Suisse postaient leur courrier au Liechtenstein et le faisaient transiter  par une agence SS autrichienne (à Feldkrich).