Luxembourg

La ligne de défense Schuster, construite en 1940 près de la frontière allemande, n’a pas empêché l’invasion allemande le 10 mai 40. Le Luxembourg ne disposait que de 425 soldats ! Des dizaines de milliers de civils fuient vers la France. Le gouvernement fuit à Londres, et la Grande Duchesse au Canada. A la différence de la Belgique (par exemple), toute fonction gouvernementale est supprimée en juillet 40 (entre mai 40 et aout 40, le Luxembourg est placé sous administration militaire allemande, puis sous administration civile, et en aout 42 le pays est intégré à l’Allemagne :(12 000 luxembourgeois sont alors intégrés à l’armée allemande, malgré la grève de Wiltz – voir le timbre Yvert n° 1246).

Les timbres du Luxembourg sont utilisables jusqu’au 2 octobre 40. Des timbres allemands surchargés sont mis en vente le 15 aout 40, et obligatoire d’emploi à partir du 1er octobre 40. A partir du 1er avril 41, les timbres d’Alsace-Lorraine et du Reich sont aussi valables. A partir du 1er janvier 42, seuls les timbres du Reich non surchargés sont valables (ils cessent d’être utilisables le 29 septembre 44)

Il existait un camp de transit à Troisvierges (nord du pays) pour interner les juifs avant leur déportation.

Luxembourg ville est libéré le 10 septembre 44

Après guerre, quelques soldats luxembourgeois étaient présents dans la ZOF de l’Allemagne.

Plusieurs entiers allemands sont illustrés de villes du Luxembourg Michel n°  41 185 1B1 (Mondorf)  – 41 190 1B7 (Klerf) –  42 8 1B7 à B9 (Luxembourg)

1/ Période l’occupation allemande

Timbres émis pendant l’occupation allemande

  • 15 aout 40          : Michel n° 1 à 16 (Yvert n° 1 à 16). Timbres allemands (série Hindenburg) surchargés « Luxemburg »
  • 5 décembre 40   : Michel n° 17 à 32 (Yvert n° 17 à 32). Timbres luxembourgeois avec une valeur en « Rpf » surchargés. A partir du 5 décembre 1940, ces timbres remplacent ceux de la série précédente, mais en raison de leur tirage en petite quantité, les timbres Hindenburg non surchargés, ou bien surchargés (Luxemburg, Elsass ou Lothringen) continuent à être employés.
  • 12 janvier 41      : Michel n° 33 à 41 (Yvert n° 33 à 41). Série allemande pour le secours d’hiver surchargés « Luxemburg »

Entiers

On retrouve, comme pour les timbres, des entiers allemands (Hindenburg) surchargés « Luxemburg », des entiers luxembourgeois surchargés « Rf » et des entiers de propagande allemands surchargés « Luxemburg ».

  • 1er octobre 40   : Michel P1 à P3 : entiers Hindenburg surchargés (3 modèles: 5, 6 et 15 pf)
  • 5 décembre 40  : Michel P 6 à P8 : entiers luxembourgeois surchargés (3 modèles: P6 – 5Rpf, P7 -6Rpf et P8 – 15Rpf)
  • 12 janvier 41      : Michel P4 : entier allemand P241 (Journée du timbre) surchargé « Luxemburg »
  • 1941                  : Michel P5 : Entiers allemands P242 série « Im Kampf um die Freheit » (8 modèles), surchargés « Luxemburg »
  • 12 janvier 41     : Michel P9 : Entier allemand P291 secours d’hiver surchargée

Poste allemande de service

Dès le 20 aout 40, quatre bureaux de la poste allemande de service sont mis en place (Esch sur Alzette, Luxembourg, Diekirch et Grevenmacher), avec des fonctionnaires de la Reichpost de Trèves. Des cachets postaux d’avant l’occupation sont utilisés dans ces bureaux (sauf celui de Luxembourg-Ville). Ce n’est que mi-octobre 40 que des cachets allemands normalisés sont utilisés. La poste de service cesse ses fonctions le 24 avril 41. Il est à noter que le bureau de la poste de service de Luxembourg Ville fut transformé en bureau de la poste de la Wehrmacht de Luxembourg. Ce bureau dispose dès aout 40 d’un cachet à date (voir ci-dessous une reproduction extraite de l’ouvrage de Schultz).

Les lettres sont revêtues de la mention « Deutsche Dienstpost Luxemburg »

 

Poste civile

La poste civile n’interrompit pas ses services pendant les premiers jours de l’invasion allemande, tout au moins pour le courrier domestique. Le courrier vers l’Allemagne a repris le 15 aout 40, vers la Belgique et las Pays-Bas le 3 septembre.

Les cachets normalisés allemands remplacent progressivement les cachets luxembourgeois, avec « germanisation » du nom de la ville. Puis, au printemps 41, le Luxembourg fait partie d’une nouvelle zone administrative incluant aussi une partie de la Rhénanie (le « Grau moselland »). Les cachets sont donc renouvelés pour intégrer « MOSESSAND » après le nom de la ville.

Un cachet spécial est utilisé pour les envois philatéliques, qui seront suivi de nombreux cachets commémoratifs de propagande.

Après la libération, les cachets allemands dont le nom de la ville est identique au nom français continueront à être utilisés.

2/ Censure, correspondances militaires et prisonniers

Pendant la période d’occupation allemande, ce sont les même règles que le courrier allemand qui s’appliquent. Pas de censure particulière pour le Luxembourg.

Dès la libération, les autorités luxembourgeoises mettent en place la censure des lettres vers l’étranger.

Le pays ayant été intégré au Reich allemand, les jeunes luxembourgeois ont intégrés les forces allemandes tout comme les autres citoyens du Reich.

Le guide APO by Number répertorie 41 numéros d’APO utilisés par les troupes américaines lors des combats de la libération. Mais ces même numéros ont pu être utilisés en Belgique, en France, puis en Allemagne.

Après la guerre (en 1946) , environ 5 000 soldats allemands étaient répartis dans des camps luxembourgeois (Christnach, Ettelbrück, Kautenbach, Luxemburg, Pettingen, Ulflingen, Weicherdeigen), ainsi que différents camps de travail

3/ Timbres commémoratifs

1944

  • 6 novembre        : Michel n° 347, 348, 350, 352, 354, 356, 359, 360, 362, 367 à 369 (Yvert n° 334, 335, 337, 339, 341, 342, 345, 346, 348, 353 à 355). Première série émise après la libération, à l’effigie de Grande Duchesse Charlotte.
  • 6 novembre        : Michel n° 370 à 381 (Yvert n° 372 à 383). Timbres précédents surchargés en faveur des réfugiés. Vendus collés sur un feuillet. N’existent donc pas à l’état neuf.

1945

  • 1er mars              : Michel n° 343 à 346 (Yvert n° 356 à 359). Hommage aux alliés. Tirage 351 241 à 371 851 selon valeur
  • 15 mai                 : Michel n° 392 (Yvert n° 364). Série du lion (blason du Luxembourg). Tirage 1,1Mi
  • 19 juillet              : Michel n° 389 et 393 (Yvert n° 361 et 365). Série du lion (blason du Luxembourg). Tirage 1,1Mi
  • 1er octobre         : Michel n° 388 et 391 (Yvert n° 360 et 363). Série du lion (blason du Luxembourg). Tirage 1,1Mi
  • 4 octobre            : Michel n° 387 (BL n° 4). Yvert BF n° 4. Au profit de l’œuvre de la Grande Charlotte. Tirage 180 000
  • 13 décembre      : Michel n° 390 et 394 (Yvert n° 362 et 366). Série du lion (blason du Luxembourg). Tirage 1,1Mi
  • 20 décembre      : Michel n° 395 à 398 (Yvert n° 384 à 387). Pour les victimes de la guerre. Tirage entre 206 000 et 289 000 selon valeur

1946

  • 30 janvier            : Michel n° 399 à 402, BL 5 (Yvert n° 387A à D, BF 5). Pour les victimes de la guerre. Tirage 72 000 Le bloc regroupe les 4 timbres
  • 20 mars               : Michel n° 349, 351, 353, 357, 358, 361, 363 à 366 (Yvert n° 336, 338, 340, 343, 344, 347, 349 à 352). Suite de la série de novembre 44 (Gde Duchesse)
  • 22 juillet              : Michel n° 355 (Yvert n° 341A) Fin de la série de novembre 44 (Gde Duchesse)

1947

  • 23 mai                 : Michel n° 417 à 422 (Yvert n° 392 à 397). Pour la reconstruction de la basilique d’Echternach, détruite pendant la guerre. Tirage de 186 000 à 58 000 selon valeur.
  • 24 octobre          : Michel n° 423 à 426 (Yvert n° 398 à 401). Général Patton. Tirage 2Mi, 0,46Mi, 0,21Mi et 0,17Mi

1950

  • 24 juin                  : Michel n° 468 à 673 (Yvert n° 433 à 438). Pour les orphelins de guerre. Tirage 57 000 à 35 000 selon valeur.

1953

  • 18 mars               : Michel n° 514-515 (Yvert n° 473-474). La basilique d’Echternach reconstruite après avoir été détruite pendant la guerre. Tirage 317 000 et 215 000

1961

  • 8 juin                    : Michel n° 642 (Yvert n° 600). Musée Patton

1964

  • 12 octobre          : Michel n° 700 (Yvert n° 651). XXème anniversaire du Benelux (les 3 gouvernements en exil décident de supprimer les droits de douane). Tirage 1,36 Mi

1969

  • 8 septembre       : Michel n° 793 (Yvert n° 743). XXVème anniversaire du Benelux. Tirage 1,32Mi

1972

  • 11 septembre     : Michel n° 850 (Yvert n° 801). Monument national de la Solidarité, en l’honneur des luxembourgeois ayant lutté pendant la guerre. Tirage 1Mi

1973

  • 10 septembre     : Michel n° 870 (Yvert n° 820). Monument de Witz commémorant une grève nationale contre le service militaire qui débuta à Witz le 31/8/42. Tirage 1Mi

1974

  • 29 avril                : Michel n° 884 (Yvert n° 834). Churchill. Tirage 1Mi
  • 9 septembre       : Michel n° 891 (Yvert n° 841). XXXème anniversaire du Benelux. Tirage 1,2Mi

1982

  • 25 février            : Michel n° 1 050 (Yvert n° 1 001). Monument de la déportation des prisonniers politiques. Tirage 1Mi
  • 9 septembre       : Michel n° 1 062 (Yvert n° 1 012). Monument de la déportation civile et militaire à Hollerich (gare d’un quartier de Luxembourg ville d’où partaient les déportés et les enrôlés de force). Tirage 1Mi

1984

  • 10 septembre     : Michel n° 1 111 (Yvert n° 1 061). Libération: statue d’un soldat américain. Tirage 1Mi

1985

  • 8 mai                    : Michel n° 1 127 à 1 130 (émis en BL n° 14), Yvert n° 1 077 à 1 080 (bloc n° 14). Anniversaire de la libération (maquis de Esch sur Alzette). Tirage 317 779 blocs regroupant les 4 timbres.

1992

  • 18 mai                 : Michel n° 1 296 (Yvert n° 1 246). Monument de Witz commémorant une grève nationale contre le service militaire qui débuta à Witz le 31/8/42. Tirage 1Mi

1994

  • 19 septembre     : Michel n° 1 352 (Yvert n° 1 299). 50ème anniversaire de la libération Tirage 2Mi

1995

  • 15 mai                : Michel n° 1368 et 1369 (Yvert n° 1 318 et 1 319). Série Europa paix et liberté. Tirage 800 000

2004

  • 7 décembre        : Michel n° 1658 (Yvert n° 1607). Libération: 60ème anniversaire

2015

  • 5 mai                   : Michel n° 2045 à 2050, BL n° 35 (Yvert n° 1989 à 1994). 70ème anniversaire de la fin de la guerre
  • 5 mai                   : Michel n° 2051 & 2052 (Yvert n° 2045 & 2056). Claus Cito, qui dessina le monument aux soldats morts pendant les guerres (Gëlle Fra), et Robert Krieps, résistant déporté à Dachau

2019

  • 17 septembre      : Michel n° 2208. 75ème anniversaire de la libération
  • 3 décembre         : Michel n° 2221 et 2222, (le 2222 est émis en BF n° 45). Yvert n° 2162 et 2163  75ème anniversaire de la bataille des Ardennes et 75ème anniversaire de la création de l’œuvre de la Grande Duchesse

Cachets commémoratifs et cartes postales destinées à lever des fonds

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.