Pologne. Pendant l’invasion (sept 40) et zone annexée au Reich

1 La Pologne pendant l’invasion de septembre 39 :

1-1 Poste militaire

Pendant les quelques jours de combat, début septembre 1939, je suppose qu’une poste de campagne polonaise existait. Je n’ai pas de renseignements sur le sujet.

Aux côtés des allemands combattaient quelques troupes du tout nouveau état slovaque. Ses soldats utilisaient les stocks des cartes de la feldpost tchèque, datant d’avant le 15 mars 39. Puis progressivement furent introduit des cartes imprimées en Slovaquie, comportant le logo du nouvel état et le texte « DOPISNICA POCNEJ POSTOVES SLUZBY » (3 modèles légèrement différents existent). Quant aux cachets d’oblitération de la feldpost slovaque, ceux de la feldpost tchèque furent remplacés le 7 septembre par ceux de la feldpost slovaque (C.S.P. POLNI devient S.P. POL). La feldpost slovaque fut dissoute à l’issue de la campagne de Pologne. Enfin, les cachets de censure de la feldpost tchèque furent eux aussi remplacés par des cachets en slovaque

Il est à noter qu’il y avait, sur le territoire polonais, une légion tchèque composés de soldats tchécoslovaques refusant de rester en Bohème, suite à l’occupation de leur pays en mars 39. Ils se rendirent à l’armée rouge et furent internés !

1-2 Poste civile

La poste civile cessa très vite de fonctionner à l’ouest de la Pologne. Cependant, la censure du courrier fut mise en place. A partir du 30 aout 1939, et pendant environ une semaine, une censure du courrier est mis en place : un petit triangle avec les lettres B.C. (qui signifie « Biuro Cenzury »), et un chiffre (code correspondant à la ville de censure. Par exemple, 44 pour Lodz, 50 pour Cracovie. Mais le courrier est très rare, en raison de l’interruption du trafic ferroviaire.

 

2/ Partie rattachée au Reich (Wartherland, Dantzig-Prusse occidentale et Haute Silésie)

Ces territoires utilisèrent le système postal du Reich. Par exemple, le nom des villes (donc des cachets postaux) sont progressivement germanisés. Les autorités réutilisèrent (mais pas systématiquement) les noms de localité en vigueur avant 1918. Parfois, de nouveaux noms sont créés. En fait, une grande confusion régna ! Par exemple, la ville du nom polonais de Sierpc fut renommée Schirps en 1939, puis Sichelberg ensuite. Très compliqué de s’y retrouver dans les cachets postaux ! Les nouveaux cachets introduits sont bien sûr de type allemand. Il est à noter que, lors de l’annexion des « territoires orientaux », des cachets spéciaux ont été utilisés (dits de « libération du joug de la Pologne »), et cela dans une douzaine de localités (Rogasen, Znin, Amsee…). Des cachets provisoires sont aussi utilisés.

Lodz, ville polonaise est annexée par les allemands en septembre 1939. La poste (de service et civile) fonctionna dès le début d’octobre 39, avec des cachets polonais, puis des cachets provisoires, avant l’arrivée des cachets allemand. Elle a d’abord été renommée Lodsch, puis Litzmannstadt (en l’honneur de Karl Litzmann, général allemand qui participa à la bataille de Lodz en 1914), comme le prouvent les cachets postaux ci-dessous. La ville fut à nouveau polonaise après la guerre.

Les lettres ci dessous montrent quelques exemples de cachets postaux (de type allemand) utilisés dans les territoires annexés. Sauf sur les adresses, le terme de Watherland n’apparait pas.

La première lettre ci dessous a été postée à Thorn (qui s’appelait Torun entre les 2 guerres -la ville était polonaise- avant de reprendre son nom de Thorn en 1939, les allemands l’ayant annexée au Reich). Elle émane semble-t-il d’un militaire sur le point de partir sur le front russe. Mais il n’utilise pas la feldpost, mais la poste civile (cachet standardisé allemand).

Dans les territoires ex-polonais intégrés au Reich, la poste allemande de service (qui avait été mise en place lors de l’entrée des troupes allemandes) cessa son activité le 1er mars 40 (les administrations devaient utiliser la poste allemande), mais la mention « Durch Deutsche Dienspost Osten » fut encore noté sur le courrier jusqu’en 1943.

Les « malgré nous ». Certains polonais de cette zone étaient considérés comme « aryanisables » par les allemands (en particulier ceux de la Haute Silésie). Ils ne furent donc pas expulsés vers le General Gouvernement. Les jeunes hommes furent intégrés dans l’armée allemande. Ci-dessous, exemple d’une lettre expédiée par un soldat polonais (nom, langue de la correspondance), incorporé dans la marine (secteur postal M 26378). La lettre est adressée à Bielitz

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.