Bialystok

La ville de Bialystok (Bjelostock en allemand) a fait partie de la Pologne indépendante de 1920 à 1939, avant d’être rattachée à la République soviétique de Biélorussie suite à l’invasion russe de septembre 39. Mais le 27 juin 41, la ville est occupée par les allemands. Elle devient alors territoire autonome rattaché au Gauleiter de Prusse orientale. Libérée par les soviétiques, elle est « rendue » à la Pologne après la guerre.

D’un point de vue philatélique, un habitant de Bialystok a donc utilisé des timbres polonais jusqu’en septembre 39, puis russes jusqu’en juin 41, puis allemands jusqu’en 1944 et enfin à nouveau polonais !

Une poste de service à été mise en service lors de l’arrivée des allemands en 1941 (le réseau postal était en ruines suite au départ des soviétiques). Comme dans tous les territoires où une poste de service a été mise en place, celle-ci servait à l’administration allemande, à certains officiels du Parti ainsi qu’en support à la poste de campagne. Quant aux civils, ils ne purent, dans un premier temps, qu’expédier des cartes et des lettres simples.

Un peu au nord de Bialystok, une autre poste de service fut mise en place dans l’arrondissement de Grodno (Garten en allemand). Elle fut tout d’abord rattachée aux territoires de l’Est (Ostland) avant d’être, fin 41, rattachée à la poste de service de Bialystok.

Les dessins ci-dessous sont canés de l’ouvrage sur la poste de service (il existe d’autres exemples de cachets de la poste de service dans cette zone)

Enfin, il existe une poste de service à Siemiatize qui utilisa des timbres surchargés « Ukraine »

Fin 1942, la situation étant « stabilisée », ces postes de service furent dissoutes, la poste civile prenant le relai.

Quant aux cachets postaux, utilisés par la poste civile et/ou de service, on peut trouver des cachets russes mutilés, des cachets polonais mutilés, et bien sûr des cachets de type allemand normalisés. Mais, à l’exception de Grodno, aucun cachet à date portant la mention « Deutsche Dienstpost » ne fut utilisé. Les envois par la poste de service avaient une croix bleu sur l’enveloppe, et la marque linéaire « Deutsches Dienstpost » ou « Deutsches Dienstpostamt » ainsi qu’un cachet à date « standard ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.