Pologne: marcophilie dans le Gouvernement General (sauf prisonniers)

Gouvernement General

1 Feldpost

2 Poste allemande de service

3 Poste civile

4 Censure

5 Croix rouge

6 Poste des insurgés de Varsovie

Le Gouvernement General (GG).

Cette région comprend 4 provinces. Une 5ème  (Galicie, capitale Lvov – Lwow en polonais, Lemberg en Allemand) lui fut rattachée lorsque les allemands occupèrent, en 41, les territoires polonais annexés par la Russie en 1939.

Cracovie était la « capitale » du Gouvernement Général. Après la défaite polonaise de septembre 39, des polonais expulsés des zones annexées par le Reich (Watherland), des territoires annexés par les soviétiques en octobre 39 s’y réfugiés. De nombreux allemands (fonctionnaires, militaires) s’y installent. Puis, en 1943, arrivent les polonais fuyant les massacres perpétrés par les ukrainiens. Cracovie était le siège de la poste allemande de service ET de la poste allemande de l’Est. On trouve là aussi des cachets de type allemand et de type polonais. Le 20 janvier 1945, la poste cesse son activité à Cracovie.

1 Feldpost

La Feldpost (poste allemande de compagne) prend en charge le courrier des soldats allemands dès le début de l’attaque. Ensuite, c’est la Poste Allemande de Service de l’Est (Deutsche Dienspost Osten) qui s’en charge, puis la poste allemande à l’Est (poste civile) à partir de mi 40. Les correspondances émanant de soldats allemands dans le GG sont très courantes.

La seule « particularité » philatélique, à ma connaissance, est l’émission de timbres de franchise émis en mars 45 pour les soldats de la base sous marine de Hela, ville polonaise annexée au Reich en 1939. Cette péninsule, située au nord de Dantzig, est coupée du reste de l’Allemagne suite à l’offensive russe (elle ne sera prise que le 14 mai 45). Des timbres sont imprimés en mars 45 pour le transport du  courrier par sous-marin. Mais les correspondances par bateau étant restées possible jusqu’à la fin de la guerre, ces timbres n’eurent pas d’utilisation réelle. Les cachets sont donc de complaisance (même avec feldpost 425 ou 432). Selon le Michel, 150 000 timbres ont été imprimés, et il existe de nombreux faux.

On peut aussi s’intéresser aux villes encerclées, dont l’acheminement du courrier était très difficile : par exemple, Posen (Poznan) entre le 21-01-45et le 23-2-45, et Breslau (Wroclaw), entre le 12-2-45 et le 6-5-45.

En Galicie, le 28 avril 1943, les allemands autorisèrent les galiciens à rejoindre des unités Waffen SS pour combattre les russes (division Galicien). On estime qu’environ 70 000 jeunes galiciens répondirent à cet appel. Une part importante fut en fait intégrée à la police allemande en Galicie. Le reçu de colis ci-dessous a été expédié de Cracovie à destination d’un soldat portant un nom polonais:

2/ Poste allemande de Service (Deutsche Dienspost Osten)

Mise en place le 13 septembre 1939 (mais son fonctionnement débuta en octobre ou novembre 39 -selon les sources-), elle avait la tâche de s’occuper du courrier administratif et de celui des entreprises allemande, du personnel y travaillant, ainsi que de certains allemands de souche, après autorisation. Les lettres étaient revêtues d’un cachet (ou d’une inscription manuscrite) : Deutsche Dienspost Osten (ou Deustche Dienpost im Generalgouvernement), ainsi que d’une oblitération (cachet polonais mutilé, puis cachet allemand). Le tarif est celui de la poste allemande, et le courrier doit être affranchi de timbres de service. Dans les cachets métalliques normalisés de la poste allemande de service (et contrairement à d’autres régions occupées), le mot « Dienspost » ne figure pas.

Il est à noter que, lorsque la Galicie (capitale Lwow en Polonais, Lemberg en allemand) fut rattachée au GG suite à la guerre contre la Russie, en 41, une poste allemande de service dans le district de Galicie fut mise en place dès le 1er aout 41 (la poste civile reprit son fonctionnement le 14 novembre 41) et fonctionna un an.

Cas particulier de la poste juive de Lodz (Litzmannstadt)

Après l’invasion allemande, cette ville est intégrée au Reich. Suite à un accord entre la poste allemande de service et le doyen du Ghetto, le courrier des juifs (sur lequel un timbre spécial était collé), après avoir été censuré par le doyen, était déposé dans une poste spécifique.

3/ Poste civile (Deutsche Post Osten)

Le 31-10-39, la Direction de la Poste Allemande à l’Est prend en charge la poste civile dans le GG, en remplacement de la poste polonaise (qui disparait donc). Le même bâtiment pouvait abriter la poste de service allemande et et la poste allemande de l’Est. Selon le Third Reich Study group, dans les premières semaines, les polonais pouvaient expédier des cartes, des entiers pour  raisons commerciales: ils empruntaient les services de la Feldpost; des entiers polonais peuvent donc êtres oblitérés avec des cachets « Feldpost ». Puis la poste civile fut mise en place: le 1er décembre 39, les polonais ont le droit d’expédier des cartes et lettres non closes. La poste civile est pleinement opérationnelle mi 40.

Les cachets postaux utilisés furent d’abord des cachets polonais modifiés –ou non (en plus de nombreux cachets provisoires), puis des cachets de type polonais mais avec un texte en allemand (localité, über, centre de tri), puis des cachets de type allemand. A la différence des territoires intégrés au Reich, il y eu très peu de changement de nom de localité. Lors de l’avancée des troupes russes en 44, des cachets provisoires furent utilisés. Mais compte tenu de la situation (poste détruite, difficulté d’approvisionnement en cachets neufs…), les règles ne sont pas toujours respectées et les postiers polonais oblitèrent « avec ce qu’ils ont sous la main ». Les deux postes (de service, et allemande à l’Est), peuvent être amenées à utiliser les cachets de l’une ou de l’autre.

En Galicie, des cachets de type soviétique ont pu être utilisés quand cette province a été rattachée au GG suite à la guerre contre la Russie. Quand cette région a été intégrée au GG suite au départ des russes, les allemands ont ajouté le nom de district aux cachets utilisés dans le GG. Dans des petits bureaux, les cachets russes ont parfois continué à être utilisés (après avoir supprimé la faucille et le marteau !). Le 14/11/41, le courrier reprend en Galicie. Une poste de service a fonctionné un an, avant d’être rattachée à la Reichpost du Gouvernement General.

Il est à noter que la partie la plus à l’Est de la partie annexée par la Russie en 1939 n’a pas été rattachée par les Allemands en juin 1941 au Gouvernement General, mais au Reichkomissariat d’Ukraine. Par exemple, la ville de Rowne :

 

De plus, les autorités d’occupation ont célébré de nombreux événements liés au Reich (NSDAP, anniversaire d’Hitler) par des cachets spéciaux. Comme dans d’autres régions (Bohême, Norvège…), les allemands apposèrent sur certains courriers (principalement ceux destinés aux polonais, prisonniers ou civils) des cachets avec le V de la victoire (dits cachets « Voktoria »), et le texte (en allemand et/ou polonais) : l’Allemagne gagne sur tous les fronts (Deutschland siegt an allen fronten). En outre, le Dr Schultz répertorie 37 cachets spéciaux dans le General Gouvernement. Quelques exemples ci-dessous :

4 Censure du courrier

Pendant la période d’occupation allemande, aucun bureau de censure n’est installé sur le territoire de l’ex-Pologne (Gouvernement General ou régions incorporées au Reich). Le courrier intérieur n’est normalement pas censuré (tout comme celui entre le Gouvernement General et le Reich).

Le courrier vers l’international est censuré par une commission qui dépend du pays de destination (par exemple, Cologne pour les lettres de/vers la Belgique, Francfort pour la France occupée, Berlin pour les U.S.A….). Les lettres entre le General Gouvernement et la partie annexée par la Russie étaient parfois censurées, à Königsberg (lettre « a »).

5 Croix Rouge

Selon un article paru dans Timbres Magazine, le bureau de renseignement permettant aux polonais de la zone russe de communiquer avec ceux de la zone allemande (recherche de prisonniers, de déplacés…) ouvre le 4 septembre 1939 à Varsovie.

Ci dessous une photo prise dans le musée Oskar Schlinder à Cracovie: lettre adressée à la Croix Rouge polonaise pour communiquer entre la zone sous occupation russe et allemande:

Un article du TRST de 1968 indique que de décembre 39 à avril 40, la Croix Rouge a fait office de poste locale dans la région de Staszow (sud de Varsovie): elle revendait les timbres du Gouvernement General avec une plus value pour couvrir les frais !

Le premier courrier de la croix rouge polonaise date du 14 septembre 1940. Seulement 20 878  lettres ont été envoyées à Genève

Dans son ouvrage « les formulaires de messages civils pendant le 2ème guerre », Nadal indique que le modèle de formulaire utilisé est similaire à celui de la Croix Rouge allemande (qui se charge de la transmission des messages à Genève). Il est bilingue (allemand – polonais).

Après l’arrivée des soviétiques, le formulaire est à entête de la Croix Rouge polonaise à Lublin (siège du gouvernement polonais provisoire) et devient trilingue (polonais – anglais -français)

6 Poste des insurgés de Varsovie (Aout-octobre 44)

Pendant la révolte de Varsovie, les scouts ont assurée une poste à l’intérieur de la partie de Varsovie au main des insurgés. Le musée de Varsovie consacré à cette insurrection présente quelques lettres (avec timbres spéciaux, cachets postaux et censure), ainsi que des répliques de cachets en libre service. Les photos ci-dessous proviennent de ce musée :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.