Thailande

Plusieurs sources, dont le site « histoire et philatélie », les bulletins de la ‘thaï philately society’ et du CCSG

1/ Rappel historique

Au début de la guerre La Thaïlande était une dictature de type fasciste. Le roi, adolescent, est en Suisse.

Profitant de la défaite française de 1940, l’armée thaïlandaise occupe une partie de l’Indochine française, suite à des combats entre octobre 40 et janvier 41. Ces zones (une partie du Laos et du Cambodge) utilisent donc des timbres thaïlandais à partir de 1941.

Le 7 décembre 1941, en prévision de l’invasion de la Birmanie et de la Malaisie,  les japonais envoient un ultimatum au gouvernement thaïlandais pour demander le droit de faire transiter des troupes. N’ayant pas reçu de réponse, les troupes japonaises envahissent la Thaïlande (l’est du pays depuis la Cambodge – les troupes japonaises étaient présentes en Indochine depuis mi 40- et péninsule de Kra depuis le golfe de Thaïlande). Le 8 décembre, un armistice est signée et le 25 janvier 42 (d’autres sources indiquent  25/12/41) la Thaïlande déclare la guerre aux USA et au R.U. Les troupes thaïlandaises combattent alors aux côtés du Japon, et annexent plusieurs territoires (en Birmanie – région de Kentung) et en Malaisie (Etats de Kadah, Perlis, Kelantang et Terrenganu). Les 4 Etats malais sont officiellement cédés par la Japon à la Thaïlande le 19 octobre 1943.

Il existait un puissant mouvement de résistance antijaponais : Thaï Free Forces. Début 45, le nouveau premier ministre, voyant que les alliés aller gagner la guerre, prépare un soulèvement contre les japonais. Mais ces derniers perdent la guerre avant qu’il n’ait pu avoir lieu.

A l’issue de la guerre, la Thaïlande dû rendre les territoires conquis.

2/ Courrier civil

2-1 Vers l’Europe (jusqu’à fin 41) :

Avant l’arrivée des japonais, le courrier vers l’Europe transite par Penang ou Singapour si l’acheminement se fait par bateau, tandis que le courrier par voie aérienne utilise des vols des compagnies anglaises, hollandaises ou anglaises qui desservent Bangkok.

Avant l’occupation de l’ouest de la Russie par le Reich (en juin 41), le courrier acheminé par voie terrestre (et maritime !) pouvait aussi transiter par le Japon, la Russie et le Reich.

Puis, de mi à fin 41, il était possible d’acheminer le courrier vers l’Europe en utilisant la ‘’Horseshoes route’’ (route aérienne via Durban, Lisbonne…) ou la route via la Palestine et la Turquie.

2-2 Courrier vers l’étranger après décembre 41

Après l’arrivé des japonais, le courrier civil (vers/de l’étranger) devient de plus en plus rare. Il transite Tokyo (avion) ou Saigon (bateau). Seules les correspondances vers le Japon et ses alliés sont autorisées. Cependant, le Japon n’était pas officiellement en guerre avec la Russie (tout au moins jusqu’en 45). Donc, du courrier vers l’Europe (tout au moins vers la Suisse, neutre), pouvait, tout au long de la guerre, aller de Bangkok à Tokyo, puis traverser la Sibérie et emprunter la route des Balkans via la Turquie (en évitant les zones de guerre entre la Russie et le Reich).

2-3 Timbres thaïlandais émis pendant la guerre

  • 17 avril 41           : Michel n° 237 à 240 (Yvert n° 234 à 237). Le roi Ananda Mahidol, très jeune, en « exil » en Suisse
  • 1 mai 43              : Michel n° 254 (Yvert n° 246). Idem
  • 1er juin 43           : Michel n° 256 (Yvert n° 247). Monument de la Victoire (contre les français)
  • 2 novembre 43   : Michel n° 257 (non signalé Yvert).  Retirage du timbre ci-dessus (dentelé 12 1/2 x 11 au lieu de 12 1/2)
  • 25 novembre 43 : Michel n° 258 et 259 (Yvert n° 248 et 249). Monument de Bangkhaen, à priori lié à la guerre franco thaï

2-4 Territoires occupés par les thaïlandais

Je n’ai aucune information concernant les territoires pris à la Birmanie.

Concernant ceux pris à l’Indochine française, les thaïlandais ré ouvrent les bureaux de poste le 7 aout 41. Les villes occupées sont renommées (Battabang devient Phratabong, par exemple) et des cachets bilingues (thaï/caractères latins), avec date du calendrier bouddhique, sont en usage (bien sûr, les timbres thaïlandais sont utilisés). Ce n’est que fin 46 que les territoires occupés sont rendus à l’Indochine française. Les cachets postaux et les timbres de ce territoire sont à nouveau utilisés. Le site ‘histoire et philatélie’ présente de nombreux exemples de cachets

Quant aux 4 provinces malaises annexées, plusieurs timbres ont été émis :

Kelantang

  • 15 novembre 43               : Michel n° 1 à 5. Timbre locaux mis en vente entre la cession de ce territoire à la Thaïlande (oct 43) et l’arrivée des timbres définitifs. Imprimés en feuilles de 84, non dentelé sur les bords, d’où l’existence de timbres dentelés sur 2, 3 ou 4 côtés. Les catalogues malais indiquent 2 tirage (le 1er, rare,  avec le blason en violet, un deuxième avec le blason en rouge: ces derniers auraient eu, semble-t-il, un usage fiscal). Sur les faux, l’étoile au centre du blason n’est pas pleine. Le catalogue thaï donne une côte de plusieurs centaines d’euros à ces timbres.

Trengannu

  • 1er octobre 44                   : Timbres malais, japonais et d’occupation japonaise de la Malaisie surchargés TRENGANNU

Usage général

  • janvier à mars 44                   : Michel n° 6 à 11. Timbres valables dans Kedah, Kelantan, Perlis et Trengganu cédés à la Thaïlande en 1943. Existent  sur du papier épais opaque et sur du papier fin  semi-transparent. Tirage (selon catalogue thaï) : 108 000, 370 000, 88 000, 136 000, 480 000 et 114 000)

3 Censure

Il est difficile d’avoir des informations sur le sujet. La seule source d’information dont je dispose est un article du CCSG de 2011 ainsi que divers articles du Thaï bulletin (l’auteur est le même d’ailleurs !). On ne sait pas vraiment si la censure était militaire, civile, ou les deux

La censure a débuté lors du conflit entre la France et la Thaïlande fin 1940 (courrier vers l’étranger). Le courrier domestique, quant à lui, a commencé à être assuré en décembre 41 ou début 42 (même si, très ponctuellement, des lettres pouvaient être censurées avant), suite à l’arrivée (et à la demande) des japonais. La censure a cessé début 1946.

Avant décembre 41, le courrier vers l’étranger était aussi souvent inspecté par les anglais lors d’un transit (ou à la destination finale). Après l’arrivée des japonais, seules les correspondances vers les pays sous contrôle de l’axe étaient permises. Normalement, les lettres pour l’étranger devaient transiter par Bangkok pour y être censurées. Cependant, on trouve quelques exceptions (lettres postées dans une localité postée dans l’extrême sud de la Thaïlande près de la frontière malaise, et destinées à une ville située de l’autre côté de la frontière.

Le courrier domestique pouvait être censuré (liste non limitative) ) Ban Don (près du Laos), à Chaing Mai, Chonburi, Lopburi, Nakhon Ratchasima, Phichit (centre), Phupet, Phetchaburi, Prae, Ranong, Uttadit, Udon Thani

Les marques de censure sont un chiffre dans un cercle (diamètre 10 ou 11,5 mm), deux petites bandes rouges de fermeture. Les marques sont beaucoup plus variées pour le courrier domestique.

4/ Camps

Les plus connus sont ceux situés le long de la voie ferrée construite (entre autres) par les prisonniers occidentaux entre la Thaïlande et la Birmanie (« Death Railway »).

Les français fait prisonniers durant la guerre franco-siamoise de 1941 doivent utiliser des formulaires spéciaux pour correspondre. Les lettres transitent par la Malaisie.

5/ Troupes étrangères

Outre, bien sûr, les troupes japonaises, des hollandais et des anglais entrèrent sur le territoire thaïlandais fin 45 pour désarmer les troupes japonaises et rapatrier les prisonniers occidentaux.

6/ Croix Rouge

Il existe des lettres postées pour la Croix Rouge en Suisse, même fin 44. Elle transitait par Tokyo et, semble-t-il, par la Sibérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.