Cameroun

Source principale : « Cameroun : les surcharges de l’an 40 », Site « histoire et philatélie

Avant la première guerre mondiale, le Kamerun était une colonie allemande. A l’issue de la guerre, anglais et français se partagèrent le pays. A l’issue d’une décision de la SDN, la majorité du territoire revint à la France (mandat français), et une partie (à l’ouest, la région frontalière avec le Nigeria anglais) aux anglais (northern et southern Cameroon, aussi sous mandat de la SDN). Le Cameroun s’est rallié à De Gaulle le 27 aout 40.

  • 5 juillet 1939   : Yvert n° 192 à 196, Dallay n° 143 à 147, Michel n° 156 à 160. Série 150ème anniversaire de la prise de la Bastille: bien qu’émise avant le début de la guerre , l’argent collecté par la surtaxe aurait été versé à la Caisse d’Armement en mai 1940. (source: Timbre magazine)
  • 15 avril 40       : Yvert n° 179, Dallay n° 148, Michel n° 143. complément série courante de 1939 (éléphant 90c. brun). La date du 15/4/40 serait celle de la vente à Paris, la vente au Cameroun n’ayant eu lieu qu’à partir de 1945

Série émises par les autorités de Vichy, jamais mises en vente dans les postes du Cameroun

Ils n’ont été vendus qu’à l’agence comptable des timbres d’outre mer, à Paris.

  • 17 mars 41     : Yvert n° PA 1 à 11, Dallay n° PA 1 à 11, Michel n° 161 à 171. Timbre pour la poste aérienne (auraient été vendus au Cameroun en 1945)
  • 21 juillet 41     : Yvert n° 197 à 199, Dallay 202 à 204, Michel n° 172 à 174. Dans le cadre de la « Semaine de la France d’Outre Mer (du 15 au 22 juillet 41, organisée par le gouvernement de Vichy), une série dite « Série Défense de l’Empire » est émise et vendue à l’Agence comptable des timbres postes d’outre mer. N’a jamais été envoyée officiellement dans les colonies, même celles restées fidèles à Pétain La surtaxe est au profit des prisonniers coloniaux. Tirage 51 000
  • 10 novembre 41   : Yvert n° 200 et 201, Dallay n° 205 et 206, Michel n° 175 et 176: Série dite « Maréchal Pétain et paysage ».
  • Mai 41                    : Yvert n° PA 21, Dallay n° PA 21; Michel n° 247: Le gouvernement de Vichy organise une « quinzaine impériale » (avec l’aide de la Ligne Maritime coloniale). Des timbres sont émis pour les colonies et vendus en métropole
  • 22 juin 42               : Yvert n° PA 19 et 20, Dallay n° PA 19 et 20, Michel n° 245 et 246. Série dite « protection de l’enfance indigène ». La surtaxe est au profit des œuvres en faveur de l’enfance indigène et aux œuvres sociales d’intérêt colonial
  • 18 octobre 43              : Yvert n° PA 22 à 27, Dallay  n° 22 à 27, Michel n° 248 à 253. 2ème série pour la poste aérienne: réimpression de 6 valeurs de 1941 (couleur modifiées) et 2 valeurs nouvelles (Yvert 25 et 26)
  • 3 avril 44                : Yvert n° PA 28 et 29, Dallay n° PA 28 et 29, Michel n° 254 et 255. Suite de l’émission ci-dessus.
  • 26 juin 44               : Yvert n° 263 et 264, Dallay n° 226 et 227, Michel n° 257 et 258. Série Pétain surchargée « Œuvres coloniales ». Tirage 15 000
  • 1944                             : Yvert taxe n° 24, Dallay taxe n° 24 Timbre taxe ,à priori non émis
  • 26 juin 45                     : Yvert n° PA 30, Dallay n° PA 30, Michel n° 256. Complément à la série poste aérienne de 1943, émis une fois la France libérée ! (le visuel avait d’abord été choisi pour la Nouvelle Calédonie). 40 à 45 000 auraient été vendus

Timbres émis sur place (ou à Londres) après le ralliement de la colonie à De Gaulle le 27 aout 44

Le 27 aout 40, Leclerc arrive depuis le « Cameroon » anglais à Douala, et rallie sans combats le Cameroun à la France Libre. Comme en AEF, les fonctionnaires des postes en place reçoivent l’ordre de surcharger les timbres disponibles sur place « CAMEROUN FRANÇAIS 27.8.40 ». C’est l’Imprimerie Commerciale du Cameroun, à Douala, qui s’en charge entre fin aout et fin octobre 1940. 2 millions de timbres sont surchargés. Seule une partie des timbres en stock dans les postes sont surchargés ;  les timbres non surchargés continuent à être vendus. Il existe des variétés mineures de surcharge, temporaires ou non (FRANGAIS au lien de FRANÇAIS par exemple). Ces timbres furent mis en vente au fur et à mesure de la livraison par l’imprimeur. Entre le 2 octobre et le 26 octobre. On manquait de timbres à 1F, mais l’idée de surcharger d’une nouvelle valeur les timbres à 0,90F fut abandonnée pour des raisons techniques. Des timbres furent aussi surchargés pour les transformer en timbres fiscaux (une cinquantaine de valeurs différentes existeraient).

  • Octobre 1940           : Yvert n° 202 à 232, Dallay n° 177 à 207, Michel n° 160 à 190. Timbres surchargés « CAMEROUN FRANÇAIS 27.8.40 »

Un arrêté du 18 octobre autorisa une autre surcharge : ŒUVRE DE GUERRE. La mise en vente aura lieu peu après (le 21 octobre, ou un peu plus tard selon les auteurs). La surtaxe est destinée à l’achat de matériel militaire.

  • 21 octobre 1940           : Yvert n° 233 à 235, Dallay 191 à 193, Michel n° 208 à 210. Surtaxe pour les œuvres de guerre

Le 20 novembre 40, le nouveau gouverneur autorise une nouvelle surcharge : SPITFIRE. Ces timbres furent mis en vente le 26 (ou 28) novembre. Les enveloppes avec un cachet JOURNEE DU SPITFIRE 8 DECEMBRE 1940 sont donc des enveloppes souvenir, pas des « premier jour ». D’autres actions (timbres SPITFIRE collés sur des enveloppes souvenir)  ont eu lieu ultérieurement. L’argent récolté grâce à la surtaxe s’ajoutera à celui récolté par d’autres moyens (souscription dans la presse…) pour acheter 4 avions (Cameroun, Tchad-Koufra, Oubangui et Ouham-Pende). Mais les anglais ne nous faisant pas payer d’usage de ces avions, les fonds seront versés « à l’effort de guerre en général ». Comme pour tous les timbres à forte surcharges du Cameroun, il existe de nombreux faux sur le marché philatélique.

  • 26 novembre 1940            : Yvert n° 236 à 239, Dallay n° 194 à 197, Michel n° 212 à 215. Timbres avec surcharge : SPITFIRE

Les surcharges ultérieures furent effectuées à Yaoundé.

  • 24 février 1941                  : Yvert n°245 et 246, Dallay n° 198 et 199, Michel n° 220 et 221.Deux valeurs supplémentaires sont surchargées « SPITFIRE 10fr. Général de GAULLE »
  • 29 mai 1941                      : Yvert n° 247 et 248, Dallay n° 200 et 201, Michel n° 222 et 223. Pour l’achat d’ambulances. Timbres surchargés +10 F Ambulance Laquintinie (Laquintinie était un médecin militaire mort du paludisme au Cameroun le 5 mars 41)
  • 19 novembre 1943            : Yvert n° 240 à 244, Dallay n° 221 à 225, Michel n° 215 0 219. Surtaxe Valmy, aussi destinée à l’achat de matériel militaire. Tirage 10 000

 

Les timbres suivants ont été émis à Londres:

  • 22 novembre 41                 : Yvert n° 249 à 262, Dallay n° 209 à 220, Michel n° 227 à 237. Série dite « de Londres » (épée et bouclier).
  • 1942                                  : Yvert n° PA 12 à 18, Dallay n° PA 12 à 18, Michel n° 238 à 244: Série de Londres, pour la poste aérienne
  • 1944                          : Yvert n° 265, Dallay n° 228, Michel n° 259. Entr’aide Française
  • 1945                          : Yvert n° 266 à 273, Dallay n° 229 à 236, Michel n° 260 à 267. Série de Londres surchargée d’une nouvelle valeur
  • 1945                          : Yvert n° 274 et 275, Dallay n° 237 et 238, Michel n° 268 et 268.Félix Eoué, ancien gouverneur du Cameroun et de l’AEF. L’impression a lieu à Paris en avril-mai 45, la mise en vente à l’agence parisienne des timbres poste coloniaux le 25 juin 45. L’expédition dans les colonies a lieu ensuite, au 2ème semestre 45.
  • 6 juin 1946                : Yvert n° PA 32 à 37, Dallay n° PA 32 à 37, Michel n° 290 à 295. Série Tchad au Rhin
  • 1946                          : Yvert n° PA 31, Dallay n° PA 31, Michel n° 289. Anniversaire de la Victoire

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.