Birmanie : marcophilie

Il est assez difficile d’avoir des informations sur la période d’occupation par les japonais.

Voici les informations que j’ai trouvé sur la période « anglaise », avant et après l’occupation japonaise.

Censure (les informations proviennent de l’ouvrage de K. Motenweiser

Anglaise :

Période avant l’invasion japonaise : Début septembre 1939, les autorités anglaises mettent en place la censure du courrier dans trois villes : Rangoon, Mandalay et Akyab (appelé Sittwe, de nos jour).

En décembre 39, la station de Mandalay est fermée et remplacée par une station à Lashio, plus au nord. En février 42, le personnel de Rangoon est évacué à Mandalay (la station est ré-ouverte).

Les différents centres de censure postale sont fermés fin avril 42, en raison de l’invasion japonaise. Officiellement, le courrier domestique n’était pas censuré (seul le courrier en transit, en provenance ou à destination de l’étranger l’était).

Au moment de l’évacuation de la Birmanie par les anglais, deux centres de censure ont fonctionné quelques jours, à Myikyina (nord de la Birmanie) et Kalewa (Nord ouest de Mandalay).

En 1945, la censure postale est rétablie (à Akyabn Lashio, Mandalay, Prone et Rangoun). Elle durera de mi 45 (selon les villes) au 31 décembre 45.

Japonaise : Stich ne mentionne pas de marque de censure du courrier posté en Birmanie durant l’occupation japonaise, et je n’ai aucune autre information sur le sujet. On trouve des enveloppes avec une marque de censure en japonais, parfois avec le mot CHECKED.

 

Correspondances militaires

Anglaises : FPO n° 259 (Avril 44 – mars 45), 260 (avril 45 et aout 45-sept 45)  261 (avril 44 – avril 45)  262 (avril 44 – avril 45) 263 (idem), 366 (janvier 45 – avril 45), 449 (1945),  545 (1945), 697-698-699 (décembre 43 – mars 45), 769-770-771-772-773 (nov 44- 1946)

 

Américaine : n° APO 216 et 218

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.