Timbres polonais 39-45 (sauf GG)

1/General Gouvernement (cliquer sur ce lien pour accéder aux timbres du GG)

Le premier timbre spécifique pour le GG est émis le 1er décembre 1939. Jusqu’au 31 mars 40, les timbres allemands sans surcharge sont autorisés (les affranchissements mixtes sont tolérés). Le tarif pour les polonais (utilisant la poste allemande de l’Est) est le double de celui des allemands utilisant la poste de service. Le 1-4-40, cet écart de tarif fut supprimé et les administrations durent utiliser des timbres de service (payant).

 

2/ Partie occupée par les russes

Progressivement, les timbres polonais sont remplacés par des timbres russes. Suite à l’arrivée des allemands, une partie de cette zone sera rattachée au General Gouvernement (et utilisera donc les timbres du GG), une partie sera rattachée à l’Ukraine et une partie à l’Ostland . Les timbres du Reich surchargés (Ostland ou Ukraine) seront utilisés dans ces régions.

3/ Ouest de la Lituanie

Suite à l’invasion de la Pologne par l’Armée Rouge en septembre 39, la région de Vilnius, qui avait été détachée de la Lituanie pour être annexée par la Pologne en 1922, est intégrée le 19 septembre 39 à la république soviétique de Biélorussie, avant d’être cédée à la Lituanie en Octobre 39 (la Lituanie émet une série de timbres à cette occasion). Les timbres de ce pays seront donc utilisés pendant quelques mois, avant d’être annexée par l’URSS en aout 40 (utilisation alors de timbres russes), puis occupée par les allemands le 23 juin 41 (utilisation de timbres du Reich surchargés Ostland ). A la fin de la guerre, Vilnius reste « lituanien », et les polonais sont soit expulsés par les soviétiques vers la Pologne, soit déportés en Sibérie.

4/ Timbres d’exil (les chiffres de tirage varient selon les sources. J’ai indiqué ceux de colnet.com). La plupart des informations ci-dessous proviennent d’un article de timbre magazine.

Après la chute de Varsovie, le gouvernement polonais s’exile en France le 22 novembre 39 (Angers). Il n’a pas le temps d’émettre des timbres d’exil, même si le projet existait. Le 12 juin 40, le gouvernement s’exile à Londres.

En août 41, le Foreign Office approuve l’émission de timbres par ce gouvernement à condition qu’ils ne soient utilisés que sur des navires polonais lorsqu’ils sont dans les eaux territoriales internationales.

Le 15 décembre 41, la première série est émise.  Le 1er novembre 43, une deuxième série est émise, consacrée à la résistance intérieure et aux unités polonaises combattant aux côtés des alliés.

Une troisième émission a lieu le 27 juin 44 pour commémorer le courage des troupes polonaises à Cassino, en Italie. Il s’agit d’une surcharge de l’émission précédente.

Enfin, le 3 février 45, un timbre à surcharge est émis au profit des survivants de l’insurrection de Varsovie, en 1944.

Des projets d’émissions ultérieures ont été abandonnés.

Les plis que l’on trouve sont généralement philatéliques, car à certaines dates, la section postale du ministère polonais des finances regroupe des enveloppes et les remet à des navires polonais en escale en Angleterre afin qu’ils les affranchissent et les oblitèrent en haute mer (35 agences « poste maritime » et 15 agences « poste navale »).

 

5/ Soldats polonais en Russie

Après le début de la guerre germano-soviétique, les soldats polonais capturés en Union soviétique ont été libérés pour former une armée commandée par le Général Anders. Le 8 aout 1942, le Gal Anders organise un concours pour l’émission d’un timbre. Il porte la légende « Poczta Polska w ZRSS » (Poste polonaise en URSS). 3017 timbres sont imprimés et mis en vente le 18 aout 42… pour 3 jours, en raison du départ de ces troupes en Iran. Ils étaient destinés à n’affranchir que les correspondances entre unités du IIème corps, mais n’ont pas vraiment eu le temps de servir.

 

6 / Émissions de la libération

Tout comme en France, de nombreuses émissions locales (surcharges de timbres du General Gouvernement) ont lieu. Les tirages varient entre quelques exemplaires à quelques milliers d’exemplaires. Comme en France, il existe des tirages reconnus par les autorités postales locales et des initiatives privées. Les villes cités ci-dessous sont des tirages « officiels », et sont listées dans le catalogue Michel. La surcharge est généralement « POCZTA POLOWA ». Bien sûr, de nombreuses fausses surcharges existent !

Brwinow , située au sud-ouest de Varsovie (4 timbres, le 23 janvier 45)

Bystrzyca Koldzka (Habelschwerdt en allemand), située au sud de Wroclaw, près de la frontière tchèque. Timbres émis en juin-juillet 45

Konslie, située au sud-est de la Pologne. Timbres émis en février 45

Koszyce, située à l’est de Cracovie. Timbres émis entre le 26 juillet et le 15 aout 44

Krakow (Cracovie), émis le 29 janvier 45

Lezajsk, ville située au sud-est de la Pologne

Le site stampspoland, quant à lui, indique d’autres villes tirages privés) : Choled, Falenica, Grabow, Gostyn Wielkopolski, Grunwald, Kamiensk, Kielce, Kolobrzeg, Rabka, Sosnowiec, Zaolzie, Zarzecze et Ziebice.

D’autres émissions existent : par exemple à Rudnik Nad Samen. Dans les territoires « libérés » par les soviétiques en 1944, une instruction du 1er aout 44 interdit l’usage de timbres du Général Gouvernement. Le paiement doit être fait en numéraire au guichet. Cependant, tous les timbres présents dans le bureau de poste de Rudnik Nad Samen (ou entre les mains des philatélistes locaux) sont surchargés aux environs du 7 aout (plusieurs modèles existent). Ces timbres ne furent pas utilisés postalement. 

7/ Timbres du gouvernement clandestin.

 Un article paru dans un des bulletins du CMSGM parle de timbres émis entre mai 42 et juillet 44 et destinés à la distribution de la presse clandestine, ainsi qu’à collecter des fonds pour la lutte clandestine. Ils représentent un aigle blanc (Polonais) défendant Varsovie contre un aigle noir (allemand). L’oblitération était « TAJNA POCZTA POLKA ». Le site stampspoland signale ce timbre, ainsi que de nombreux autres modèles, n’avaient aucune utilité  d’affranchissement et ne servaient que comme vignette de soutient. Les oblitérations seraient donc fausses, et il existerait de nombreuses ré impressions.

8/ Poste des insurgés (de Varsovie)

Le musée de l’insurrection de Varsovie a une salle consacrée à la poste qui fonctionna pendant l’insurrection d’aout- septembre 1944. Les scouts servaient de postiers. Des timbres ont été émis,. Les photos ci-dessous ont été prises dans ce musée.

Selon l’ouvrage « la résistance hitlérienne à travers le timbres », publié par la F.I.R., 6 timbres (2 modèles) ont été émis le 3 sept 44.

 

Ces timbres étaient en vente  950€ sur Delcampe en 2020 !

9/ Poste des camps de prisonniers (source stampspoland.com)

Après la défaite de 1939, environ 400 000 soldats furent internés dans des camps allemands

La « poste locale des camps » permettait aux prisonniers de communiquer entre eux, à l’intérieur de chaque camp. Ces postes étaient gérées par des prisonniers  polonais (avec, bien sûr, l’approbation des allemands). Ces prisonniers imprimaient leurs timbres, utilisaient leurs propres cachets et assuraient la distribution des lettres. Les bénéfices étaient sortis clandestinement pour aider les veuves et orphelins des prisonniers. L’impression des timbres était au début rudimentaire (plaques en bois gravé, principalement, papiers de récupération…). Plus tard, la croix rouge et le YMCA suédois fournit du matériel approprié.

Oflag  IIC (Woldenberg en Allemand, Dobiegniew en Polonais). Situé entre Berlin et Dantzig

Les premiers timbres furent émis le 4 avril 1942. Au total, environ 750 000 articles furent imprimés (43 timbres, 5 mini-feuillets et  6 entiers   différents). Le camp fut fermé le 25 janvier 1945.

Oflag IID (Gross Born-Rederitz en allemand, Borne Sulinowo en polonais). Situé au nord est du de l’Oflag IIC. Les premiers timbres furent émis le 11 décembre 1943 (des cartes avaient été émises le 3 décembre). Au total, environ 200 000 articles furent imprimés (30 timbres, 8 mini-feuillets et  16 cartes postales différents). Le camp fut fermé le 28 janvier 1945.

 

Oflag IIE (Neubrandenburg). Situé au nord de Berlin. Le premier timbre fut émis le 23 janvier 1944. Au total, 8 timbres différents et 4 cartes postales. Fermeture : le 22 juin 1944

 

Oflag VIIA (Murnau am Staffelsee). Situé au sud de Munich. Les premiers timbres furent émis le 6 novembre 1942. Au total, environ 29 000 articles furent imprimés (23 timbres, 7 cartes postales différents). Le camp fut libéré par les américains le 29 avril 1945. Il est à noter que des anciens officiers de l’Oflag IIC  ouvrirent un nouveau bureau dans l’Oflag VIIA. Ce service fonctionna du 26 au 29 avril 45. 3 timbres furent émis.

Il existe aussi de nombreux autres timbres « de camps », émis par les prisonniers polonais dans les camps suisse ( timbres, avec le texte « Internement en Suisse en 1940 » , ainsi que lors de la libération des camps (dont Dachau) en Allemagne pour la correspondance entre ces camps, ainsi que des timbres émis par les polonais du II corps d’armée présents en Italie après la guerre (il s’agit principalement de l’Armée Anders, qui avait quitté la Russie pour l’Irak, puis l’Italie). Des timbres furent émis pour célébrer les sacrifices et les combats de ces polonais. Les timbres dits de Dachau ont été émis en août 45 (et en novembre 45, six blocs-feuillets). Ils servaient à recueillir des fonds, tout comme les timbres émis en mai-juin 45 dans d’autres camps.

Enfin, des services postaux « intercamps » ont fonctionné entre juin et novembre 1945 (la 1ère division blindée polonaise de chargeait du transport du courrier entre des camps de regroupement de polonais libérés des camps allemands). Il existe de nombreux modèles de « timbres »

10/ Timbre du IIème corps polonais en Italie (armée Anders) Source principale: timbres Magazine

A la fin de la guerre, le Général Anders décide d’émettre des timbres pour la poste militaire du IIème corps. Ils étaient collés sur les colis, les recommandés et lettres à valeur déclarée et servaient d’assurance en cas de perte. Le projet est lancé le 5 mai 45. La première série commémore la victoire du Monte Cassino (4 valeurs + 2 surcharges 1944-1954). Elle est tirée à 84 350 exemplaires (+ 19 340 blocs, destinés aux veuves et orphelins de guerre). D’autres séries ont été émises : la bataille d’Ancone (4 valeurs), de Bologne (4 valeurs). Le général Anders a été représenté sur deux timbres pour la poste aérienne. Sur lettre, ils sont complétés par des timbres anglais. Ces timbres ont été diffusés dans une trentaine de bureaux polonais en Italie et au Moyen-Orient

Puis, avec l’accord des postes italiennes (et à l’instigation de négociants italiens !), le 8 décembre 1945, 9 timbres de bienfaisance (tirage 150 000 ex). Seuls les militaires appartenant au corps polonais (basé à Trani et Barletta) pouvaient les utiliser, uniquement pour l’Italie (mais en fait, elle n’avait pas d’usage postal). Il existe aussi des blocs et des petits carnets souvenir.

Cependant, l’administration postale italienne a autorisé son emploi, même par des non polonais, et ils furent régulièrement oblitérés par les bureaux de postes italiens (concerne les timbres libellés en GROSZY, ceux en Lire étant destinés au corps polonais dans la région de Bari.

Le 15 octobre 1946, l’emploi de ces timbres est interdit par l’A.M.G.O.T.

En 1954, le gouvernement en exil à Londres a fait surcharger quelques timbres à l’occasion du 10ème anniversaire de la bataille du Monte Cassino.

 

11/ Vignettes des camps de concentration.

Après la guerre, de nombreuses vignettes ont été émises dans des camps. Il s’agit d’initiatives privées, et elles ont un but humanitaire. Celles émises par le comité polonais de Dashau-Allach sont les plus connues, et sont cataloguées (sans côte) dans le catalogue Michel. Il y a de nombreux faux. Le bloc souvenir (8 timbres) émis le 29 avril 1946 par le comité polonais « Frieman » pour l’anniversaire de la libération de Dachau se trouve sur lettre jusqu’à fin 47

12 Timbres des ghettos

Ghetto de Lodz

Dans la ville de Lodz (Litzmannstadt en allemand, partie de la Pologne rattachée à l’Allemagne en 1939), le ghetto a utilisé des timbres spéciaux. Ce ghetto fut mis en place en février 1940. Son administration était du ressort de la population juive, sous la responsabilité du « doyens de juifs ». Les allemands nommèrent Rumkowski. Afin de traiter le courrier des juifs (sous la responsabilité des allemands), une vignette postale fut mise en service à partir du 9 mars 1944 (elle devait être apposée sur le courrier des juifs avant que celui-ci ne soit remis aux allemands). Mais il semblerait que tous les timbres ont été récupérés (vendus) par les SS. Ils n’existent donc pas sur lettre. L’ouvrage « la résistance anti-hithérienne à travers les timbres » indique qu’il existe 2 séries: une comprenant 2 timbres émis le 9 mars 44 et destiné à la correspondance à l’intérieur du ghetto et une deuxième série de 3 timbres qui fut confisquée par la Gestapo. Le timbres ci-dessous serait un 3ème modèle de timbres, non reproduit dans cet ouvrage publié par la F.I.R.

Les juifs des autres ghettos utilisaient des cartes postales avec un cachet  » postabteiling der Altesten der Jugen + nom de ville » (il existe d’autres cachets). La Gestapo détruisant généralement ces correspondances, elles sont quasiment introuvables sur le marché philatélique. Enfin certains ghettos situés dans le Gouvernement General auraient utilisé des sortes de vignettes. Seules celles de Lodz se trouvent parfois en vente, car confisquées par les allemands !

13/ Divers

Stampspoland.com signale sur son site des surcharges en russe sur des timbres polonais (toujours en paire). Je suppose qu’elles datent de 1939, lors de l’invasion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.