Serbie: occupation allemande 1941-45

11La Serbie est punie par Hitler pour s’être révoltée contre le pacte tripartite (Reich, Italie et Yougoslavie) du 25 mars 41 (des manifestations qui s’y opposait entrainèrent un coup d’état puis l’intervention du Reich le 6 avril 41). Elle est réduite à sa plus simple expression (une partie de l’ex territoire serbe –la Macédoine- est annexée par la Bulgarie, une autre –le Kossovo- par l’Albanie italienne) et est placée sous la responsabilité du général Milan Nedic, qui ne fera qu’appliquer les ordres de Berlin. Il est à noter que la Bulgarie augmentera en 1942 et 1943 sa zone d’occupation, réduisant ainsi la superficie du territoire serbe (mais je pense que ces territoires nouvellement occupés continueront à utiliser des timbres serbes).

Le 20 octobre 1944, russes et partisans pénètrent dans Belgrade

Noté 9 sur les cartes

Timbres: Dès le 2 juin 1941, l’occupant allemand fait surcharger les timbres yougoslaves en cours d’une inscription en allemand « Serbien ».

La Serbie est notée 8 sur les cartes de 1941 et 1943

1941

  • 2 juin               : Michel n° 1 à 15 (Yvert n° 1 à 15). Timbres yougoslave surchargés (descendant). Attention aux faux. Tirage 50 000
  • 24 juin             : Michel taxe n° P1 à P8 (Yvert taxe n° T1 à T8). Timbres taxe yougoslaves surchargés. Le n° 2 existe en carmin rouge noirâtre et lilas carmin. Le catalogue Michel distingue 5 tirages selon la longueur de la surcharge. Tirage 47 805 Attention aux faux.
  • 10 juillet          : Michel n° 16 à 24 (Yvert PA n° 1 à 9). Timbres yougoslaves pour la poste aérienne surchargés. Michel distingue 2 dentelures pour les n° 24 et 25 (12 ½ et 11 ½). Attention aux faux. Tirage 30 000
  • 28 juillet          : Michel n° 26 à 30 (Yvert PA n° 10 à 15). Timbres yougoslaves pour la poste aérienne surchargés. Le catalogue Michel distingue 5 tirages selon la longueur de la surcharge. Tirage 40 000  
  • 1er septembre : Michel n° 31 à 45 (Yvert n° 16 à 30). Timbres yougoslave surchargés (surcharge montante). Attention aux faux Tirage 50 000
  • 22 septembre  : Michel n° 46A à 49A (et 50 à 53, sous forme de BF 1 et 2), Yvert n° 31à 34 (et BL 1 et 2). Il existe deux dentelures pour le timbre Michel n° 48. La surcharge est destinée aux victimes de l’explosion de la citadelle de Smederevo (environ 2 000 morts le 5 juin 41). Tirage 102 000 (22 000 pour les Blocs)
  • 5 décembre     : Michel n° 54 à 57 (7 versions différentes selon le burelage). Le catalogue Yvert ne distingue que 4 types, n° 35 à 46. Cette série de bienfaisance reproduit un motif de fresque d’un monastère, situé en zone d’occupation bulgare ! (Nerezi, non loin de Skopje).  Tirage 338 000

1942

  • 1er janvier        : Michel n° 58 à 61 (Yvert n° 47 à 50). Au profit de l’exposition antimaçonnique de Belgrade (le 22 10 41). Tirage 303 000
  • 10 janvier        : Michel n° 71 à 81 –sauf 74 et 77, émis en 1943- (Yvert n° 51 à 59). Série définitive : monastères. Tirage 474 200
  • 10 janvier        : Michel n° P9 à P15 (Yvert n° T9 à T15). Timbre taxe. Tirage 51 400
  • 24 mars           : Michel n° 62A à 65A (Yvert n° 60 à 63). Pour les prisonniers (dessin similaire aux n° 26 à 30, mais teintes différentes) Tirage 317 771
  • 5 juillet             : Michel n° 66 à 70 (Yvert PA n° 16 à 20). Timbre yougoslaves surchargés d’un avion. Tirage 164 413
  • 13 septembre  : Michel n° 82 à 85 (Yvert n° 64 à 67). Pour les orphelins. (Émis en feuillet de 16 timbres : 4 de chaque). Tirage 52 000

 

1943

  • 1943                : Michel n° 74 et 77 (Yvert n° 77 et 78). Monastères (suite de la série émise en février 42). Tirage 474 000
  • 1er janvier        : Michel officiel n° 1. Yvert officiel 1. Tirage 12 Mi
  • 16 mai             : Michel n° 86 à 89 (et 90 à 93 émis sous forme de BL n° 3 & 4), Yvert n° 68 à 71 (et BF n° 3 et 4). Pour les invalides de guerre (le timbre Michel n° 86 existe en 2 tons). Tirage 100 000 (20 000 pour les blocs)
  • 1er juillet          : Michel timbre taxe n° D16 à D22 (Yvert n° T16 à T22). Timbres taxe. Tirage 97 850
  • 15 octobre       : Michel n° 94 à 98 (Yvert n° 72 à 76). Centenaire des postes serbes, plusieurs dentelures différentes pour les n° 72 et 75 (émis en feuillet de 16 timbres : 4 de chaque). Tirage 250 000
  • 11 décembre   : Michel n° 99 à 106 (Yvert n° 79 à 86). Pour les victimes du bombardement de Nic le 20 X 43 par les anglo-américains. Tirage 100 000

1944               

  •                          : Michel n° I à IV. Pour le secours d’hiver. Non émis

 

Entiers postaux. Dès juin 41, des entiers yougoslaves surchargés sont mis en vente. Le catalogue Michel répertorie 4 versions.

Puis, le 1er juin 43, un entier définitif est mis en vente (Philosophe Vuk Karadzic, mort en 1864). Le tirage d’aout 44 (2 Din au lieu de 1,5 Din) est très très rare)

Censure. Des bureaux ont été ouverts à Belgrade, Nisch, Kraljevo, Sabac et Velicki Beckerek (dans le Banat).

Dans certains cas, la censure était juste le mot « censurisano ou cenzurisao ou Upravnik » écrit à la main.

Un cachet (voir scan) était aussi utilisé.

Mais les plus courants sont ceux signalés par le catalogue Landzmann (4 modèles principaux de cachets de censure) :

Modèle 1 : rectangle de 55 x 13 mm (Zensuriert/traduction en serbe)

Modèle 2 : rectangle de 21 x 18 mm

Modèle 3 : rectangle de 30 x 14 mm

Modèle 4 : cachet circulaire avec le texte inscrit dans le cercle imprimé sur le pourtour. Ce cachet était utilisé par des censeurs en poste à l’intérieur de certaines administrations.

Le catalogue Stich indique qu’un cachet sur 4 lignes existait aussi.

A Belgrade, sont utilisés le cachet 1, 2 (avec la lettre B ou Bg ou Bgd), en aout 44 le modèle 3 et le cachet circulaire (modèle 4). De nombreux cachets ont été utilisés pour censurer les télégrammes.

Les censures du bureau de Kraljevo (ville au sud de Belgrade) sont beaucoup plus rares (modèle 2). La seule lettre que j’ai vu en vente sur eBay avait un prix de départ de 150€

Les censures de Sabac (est de Belgrade) sont aussi assez rares. Modèle 1 et 3.

Les lettres censurées à Nisch (Nis), ville située au sud-est de Belgrade, sont assez courantes. Les 4 modèles existent.

Enfin, dans le Banat, un bureau de censure fonctionnait. Il était situé à Velicki Beckerek (Gross Betschkerek en allemand). Cachet type 2 (lettre VB), type 3 et circulaire. Cette ville a été nommée Petrograd en 1935. Elle s’appelle désormais Zrenjanin.

Les correspondances vers l’étranger étaient censurées par les allemands en Allemagne: 

Comme il n’y avait pas de poste de service, certaines entreprises et administrations allemandes (et leurs employés) pouvaient utiliser les services de la poste allemand de campagne (tarif intérieur allemand, timbres allemands, marque « Durch Deutsche feldpost »).

Selon le catalogue Alès, il existait un bureau de poste militaire ITALIEN à Belgrade (PM 700, du 20 février 42 au 30 septembre 43)

Précisons que le Banat, qui est rattachée à la Serbie, est administré par les germanophones locaux, sous contrôle de l’armée allemande. Les timbres serbes sont utilisés pendant toute la guerre. Ville principale : Petrovgrad

Certains timbres Yougoslaves ont été surchargés « BANAT » (surcharge de Werschetz). Ce tirage n’est pas officiel

 

Feldpost : Des troupes du Reich occupent cette région. Mais les allemands de souche (en particulier ceux du Banat) étaient soumis au service militaire, dont certains rejoignent la division de chasseur de volontaires SS « Prinz Eugen ». Il existe aussi un corps de volontaires serbes et un corps de sécurité russe en Serbie (composé de russes blancs).

Des troupes bulgares stationnent aussi en Serbie.

Enfin, le « gouvernement «  serbe crée une force armée, la Garde Nationale Serbe.

Camps De nombreux camps ont été ouverts en Serbie. Entre autre, Bor (principalement des yougoslaves, grecs et italiens anti fascistes), Crveni Krst , (à Nis) pour les juifs et les résistants, Banjica (Belgrade) pour les prisonniers politiques, Sajmiste (en territoire croate, mais administré par les allemands occupants la Serbie) pour les juifs.

De nombreux serbes ont été fait prisonniers lors de l’offensive allemande d’Avril 41. Les officiers ont souvent été regroupés dans l’offlag XIIIB

D’autres ont été fait prisonnier par les italiens et se retrouvent interné dans ce pays

Environ 100 000 serbes sont envoyés en Allemagne pour travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.