Côte dalmate (inclus Zara et Kotor) 1941-45

Côte dalmate : généralités 1941-1945

En plus de la Slovénie, l’Italie occupe, après la capitulation Yougoslave du 17 avril 41, une partie du littoral croate, à savoir la Dalmatie, qui comprend 3 provinces : Zadar (Zara en italien, qui était italien depuis 1919, en vert), Split (Spalato en italien, en orange sur al carte) et Kotor (Cattaro en italien en marron).

Noté 6 sur les cartes de 1941 et 1943.

Les timbres italiens sont utilisés dans ces 3 provinces.

Poste militaire italienne. Les catalogues AICPM et Alès répertorient:

PM 10 Sez C (avril 42 à septembre 43) PM 18 (nov. 43 à juin 43)

PM 32, PM 39 (mi avril 41 à fin septembre 43), à Raguse (Dubrovnik)

PM 41 (mi avril 41 à fin septembre 43) à Cerquinizza (Crikvenica, en face de l’ile de Krk)

PM 73 (juillet 41 à septembre 43)

PM 83 (de mi avril 41 à fin mai 41), à Sebenico (Sibenik)

PM 86 (juillet-aout 41)

PM 97 (de juillet 41 à fin septembre 43), à Sebenico (Sibenik)

PM 118 (février 42 à sept. 43)  PM 137 Sez A (déc. 42 à septembre 43)

PM 152 (avril à juin 41), en Dalmatie

PM 154 (avril 42 à fin septembre 43), à Porto Re (Kraljevica, un peu au sud de Fiume)

PM 151 Sez A (fin mars  42 à septembre 43) à Sibenik

PM 154 (juillet aout 43)

PM 155  25 mars 42 au 30 septembre 43 à Cattaro (Koror)

Censure

Les italiens avaient installé plusieurs bureaux de censure (Zadar et Cattaro-voir plus bas), à Raguse (=Dubrovnik) et à Spalato (Split). Les scans ci-dessous sont extraits du catalogue Mattiello:

 

Puis la province est annexée par la Croatie après la chute de Mussolini en 1943, suite à un accord entre le leader croate Ante  Pavelic et le Reich. Des troupes allemandes occupèrent cette région en même temps que des troupes croates (cette région, bien que croate, est sous le contrôle de l’armée du Reich). Mais ce sont des timbres croates qui sont utilisés, sauf à Zadar (Zara) et Koror (Cattaro). Mi 44, l’ile de Vis est occupée par les Partisans et les alliés, qui la transforment en centre logistique d’aide aux résistants yougoslaves.

 

Zara (Zadar en allemand): Occupation italienne puis allemande(source : catalogue Michel).

ZARA italien (jusqu’en 1943)

Zara était une enclave italienne de 24 000 habitants sur la côte dalmate depuis 1919, et à ce titre utilisait des timbres italiens, tout comme les iles de Cherso (Cres), Lussino (Losnj) et Lagosta (Lastovo). Cela continua lorsque la ville fut intégrée à la Dalmatie italienne à partir d’Avril 1941. Le courrier vers l’Italie était transporté par bateau, ou par la route (via Trieste) ou encore par des entreprises privées. 

Censure: un bureau de censure italien a fonctionné dans cette ville. Les scans ci-dessous sont extraits du livre de Mattiello sur la censure italienne (il y a d’autres modèles présentés dans le livre):

 

ZADAR allemand (1943 1944)

Le 10 septembre 43, les allemands pénètrent dans Zara, mais la ville reste italienne (rattachée à la République Sociale Italienne); certains soldats italiens collaborent avec les allemands, d’autres sont rapatriées vers l’Italie, d’autres encore rejoignent les partisans yougoslaves. L’administration civile italienne reste en place. Le gouvernement militaire allemand ordonne le 28 septembre 43 la surcharge des timbres italiens « Deutsche Besetzung Zara », mais ce sont les autorités postales italiennes qui s’en chargent. La ville est gravement bombardée le 16 décembre 43, et le stock de timbres est détruit. Les timbres sur lettre des émissions du 9 octobre 43 sont très rares. Les lettres, les séries complètes de la 2ème série (du 6 novembre 43) sur enveloppe, proposées sur le marché philatélique sont souvent des faux (des cachets se sont retrouvés entre des mains privées !), même s’il y a des certificats d’authenticité Des philatélistes faisaient oblitérer sur demande des timbres à la poste principale de Zara. On trouve aussi des timbres de Zara oblitérés dans les villes italiennes de Vicenza, Bassano, Pove et Bergamo (tolérance de postiers italiens de ces villes). Par contre, les oblitérations de Fiume sont fausses, de même que les affranchissements mixtes (Zara/ Croatie). 

 

1943: timbres émis pendant l’occupation allemande

  • 9 octobre         : Michel n° 1 à 19. Timbres italiens surchargés « Deutsche Besetzung Zara » (occupation allemande de Zara). Les 16 premières valeurs présentent de très nombreux types de surcharge. Le tirage varie de moins de 100 ex pour les 3 dernières valeurs à 100 000 pour les 10, 20,25, 30 cents et 1 Lire Les timbres ci-dessous n’ont pas été expertisés :
  • 9 octobre         : Michel n° 20I à 20IV. Timbres italiens de propagande surchargés « Deutsche Besetzung Zara » (AVION). Tirage 50 000
  • 9 octobre         : Michel n° 21 et 22. Timbres italiens « expresso » surchargé (même surcharge). Tirage 10 000 et 5 000.
  • 9 octobre         : Michel n° 23 à 31. Poste aérienne italien surchargé (n° 31 : express aérien). Tirage de 2 000 à 50 000 (sauf les n° 29 et 30 : 130 et 50 ex).
  • 9 octobre         : Michel taxe n° P1 à P11. Timbre taxe surchargés « Deutsche Besetzung Zara ». Tirage 1 000 ou 5 000 selon valeur.

Une fois les timbres vendus, les autorités allemande font procéder à une deuxième surcharge de timbres italiens, plus simple (ZARA encadré de traits)

  • 6 novembre     : Michel n° 32 à 34.Timbres italiens avec la nouvelle surcharge. Ces timbres, comme les suivants, n’ont quasiment pas été utilisés, et les oblitérations sont des CTO. Tirage 50 000, 50 000 et 6 158
  • 6 novembre     : Michel n° 35I à 35IV et 36I à 36IV. Timbres italiens de propagande verts  (et marron) surchargés (avion). Tirage 12 500
  • 6 novembre     : Michel n° 37 et 38. Timbre express surchargés
  • Novembre       : Michel n° I. Non émis

2 entiers italiens ont été surchargés

Le 16 décembre 43, le bureau de poste de Zara est détruit par un bombardement. Un embryon de service postal est alors assuré par le bureau annexe situé à Boccagnazzo (Bokanjac). Fin octobre 44, les soldats allemands et l’administration civile italienne quitte la ville, et sont remplacés par les partisans de Tito.

Beaucoup de civils sont évacués de la ville (il en reste 6 000 à la fin de la guerre).

Occupation allemande de Kotor (Cattaro en italien).

 Annexées par l’Italie le 18 mai 41, les bouches de Kotor (Cattaro fait alors partie du « Governatorato de Dalmatie ») utilisent des timbres italiens jusqu’à la chute de Mussolini et à la suppression du Governatorato italien de Dalmatie (décret du 19 aout 43). Des affrontements ont lieu entre les troupes italiennes et allemandes mi septembre 43 dans la région de Kotor. Les allemands sont bien sûr vainqueurs. Considérant que les bouches de Kotor ont un grand intérêt stratégique, ils occupent la région (administration militaire). De septembre 43 au 21 novembre 43, des timbres du Monténégro ainsi que des timbres italiens sont utilisés, (oblitérés par des cachets yougoslaves).

 Des timbres italiens surchargés sont émis début janvier 44 Des nouveaux timbres, surchargés en DM (et pas en Lires, comme la 1ère série) seront émis le 16 sept 44 (cette fois, il s’agit de timbres yougoslaves, trouvés dans le poste de Cetinje –Monténégro-) qui seront surchargés. Leur emploi sera éphémère car les allemands quittent les bouches de Kotor en septembre-octobre 44. Kotor est libéré par les partisans le 21 novembre 44. Il est à noter que la catalogue Michel signale qu’aucune lettre régulièrement affranchie avec des timbres de Kotor n’existe. Celles qu’on trouve sont revêtues d’oblitérations de complaisance, soit des fabrications d’après guerre avec des cachets postaux volés. Il en est de même pour les lettres affranchies avec des timbres fiscaux italiens (surchargés ou non), les affranchissements mixtes (Kotor/Croatie…). Les cachets « feldpost » n’étaient jamais apposés officiellement sur les timbres. Les timbres surchargés Podgoritza, Hercegovni sont aussi des fabrications sans caractère officiel.

  • Janvier 44       : Michel n° 1 à 6. Timbres italiens surchargés. Tirage 5 000
  • 16 sept 44      : Michel n° 7 à 10. Timbres yougoslaves surchargés en DM. Tirage 50 000 (les timbres ci-dessous n’ont pas été expertisés)
  • 1944               : Michel n° 1 à IX. Série définitive. Non émis (imprimés à Vienne, ces timbres ne sont jamais parvenus à Kotor. Des exemplaires se sont retrouvés sur le marché philatélique après la guerre).  Scans du catalogue Michel

Deux entiers italiens furent aussi surchargés

Censures

Il existait un bureau de censure italien à Cattaro. Les scans ci-dessous sont extraits du catalogue Mattiello:

Le catalogue Landsmann répertorie 3 modèles de censures, toutes très rares. Le catalogue Michel indique que les censures « Cattaro » et les cachets « Platzkommandantur Cattaro » sont des faux.

Ré annexion de la côte Dalmate par les croates en 1943 (émissions locales)

1943 : Lors de la récupération de la Dalmatie par l’Etat Croate en septembre 1943, dans  plusieurs villes ou iles des timbres yougoslaves ont été des surchargés par les autorités croates. Les tirages sont très faibles 

  • Sebenico (Sibenik, entre Zadar et Split). En septembre 43, l’administration croate remplace les italiens dans la région de Sibenik (cette ville faisait parti des territoires annexés par les italiens en avril 41). Mais, en raison des bombardements et des coups de main des partisans, très peu de courrier pouvait quitter la ville. Le service postal ne fut officiellement rétabli que le 15 mars 44, et les timbres croates arrivèrent deux mois plus tard. Sans l’accord de la direction des postes de Zagreb, le directeur du bureau des postes de Sibenik fit surcharger en septembre 43 des timbres italiens trouvés dans kiosques à tabac de la ville. Ces surcharges ont été effectuées dans l’imprimerie Kacie à Sibenik (31 types de timbres et 3 entiers). Cette surcharge n’a donc aucun caractère officiel (surcharge locale non officielle, mais pas dans un but philatélique). Des timbres ont été vendus à la poste (et les kiosques) de Sibenik, et on trouve donc des timbres oblitérés. En mars 44, le commandement militaire croate ordonna de surcharger 5 timbres de l’émission italienne de 1929 « N.N. Hrvatska ». Des lettres ont régulièrement circulé avec ces timbres. Beaucoup de faux circulent sur le marché philatélique. Enfin, les cachets postaux italiens continuèrent à être utilisés jusqu’en avril 44. Les envois en recommandé n’ont été possible qu’à partir d’avril 44 (mais des envois de complaisance avant cette date existent). Une deuxième émission a eu lieu le 12 mars 44, cette fois avec l’approbation de l’autorité civile et militaire croates. 60 800 timbres italiens (et 16 900 entiers), trouvés dans la poste de Sibenik lors de sa réouverture furent surchargés. Il ne s’agit donc pas d’une émission spéculative (les petites quantités n’ont pas été surchargées). De mi mars 44 à mi avril, seuls ces timbres étaient disponibles à la poste de Sibenik. On trouve donc des timbres oblitérés (mais les fabrications anti datées existent). Après l’arrivée des timbres croates à Sibenik, on trouve des affranchissements mixtes (timbres croates + timbres Sibenik). Les partisans entrent dans la ville en novembre 44. Le catalogue Michel répertorie 5 timbres, avec un tirage de 5 700, 4 700, 12 700, 13 500 et 24 200 exemplaires
  • Spalato (Split). La aussi, l’administration croate (sous le contrôle des militaires allemands) devait prendre le relai des italiens à partir de septembre 43. Mais comme à Sibenik, les partisans perturbaient l’activité postale (ils occupèrent même Split quelques jours entre le départ des italiens et l’arrivée des soldats croates et allemands), et de nombreux bureaux postaux de la région ne purent rester ouverts. Mais, afin de marquer sa souveraineté sur la région, les croates rapatrièrent sur Zagreb les timbres disponibles dans les bureaux de poste de Split afin de les surcharger (fin septembre 43). Certains timbres furent retournés à Split, d’autres – les surcharges en petite quantité – restèrent à Zagreb (7 timbres sur 17) pour se retrouver dans les stocks des négociants en timbres !. Cette série était destinée à toute la Dalmatie nouvellement annexée, mais les allemands en interdirent l’utilisation. Il n’y a donc pas d’authentiques timbres oblitérés. Le tirage le plus élevé est le 5 cents (23 871 ex). Le tirage des exemplaires restés à Zagreb est inconnu. Les timbres transportés à Split retournèrent mi 45 à Zagreb, disparurent puis se retrouvèrent sur le marché philatélique.
  • Ile de Brazza (Brac en croate), située entre Split et Hvar. En 1944, 6 valeurs (Pierre premier de Yougoslavie) sont surchargées  « BRAC ». Les timbres ont été surchargés à Dubrovnik, l’ile étant entre les mains des partisans communistes. Le catalogue Michel indique que cette série ne peut être expertisée, et qu’elle a été réalisée par des unités locales allemandes sans l’autorisation de la feldpost. Curieusement, les catalogues italiens les classent dans la rubrique « occupation croate d’un territoire ex italien » Tirage 400 ex.
  • Ile de Lesina (Hvar). Le 6 juin 44, des timbres yougoslaves ont été surchargés d’une croix rouge (et de « Hvar »). D’autres timbres ont aussi été surchargés HVAR, et parfois oblitérés avec un cachet de la Feldpost. Douteux et purement spéculatif
  • Ile de Corzola (Korcula, entre Split et Dubrovnik). L’ile, annexée par l’Italie en 1941, est restée entre les mains des partisans de Tito entre le départ des italiens (13 septembre 43) et l’arrivée des allemands (fin décembre 43). 4 timbres yougoslaves ont été surchargés : Korcula/ valeur avec surtaxe en 100 exemplaires chaque. Les allemands ont quitté l’ile en septembre 44. Je doute que les timbres aient été utilisés sur place. Des spécialistes remettent en cause l’authenticité de cette émission

 

Les catalogues spécialisés indiquent que la société S.H. Gutmann (de Belisce, en Slavonie, nord-est de la Croatie) a personnalisé des timbres yougoslaves (perforation S.H.G. + cachet NDH et le mot Yougoslavie barré).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.