AOF, Togo : marcophilie

LA CENSURE DES COMMUNICATIONS

Le passage de l’état de guerre (39-40) à l’adhésion au gouvernement de Vichy (40-42) entraine théoriquement un changement dans l’usage des cachets de censure: ceux où le mot MILITAIRE apparaissait  sont remplacés par des cachets avec le mot CONTROLE . Quant aux bandes de fermeture, soit le mot MILITAIRE est caviardé, soit des bandes neutres sont utilisées. Après le ralliement à De Gaulle (43-45) des cachets fusiforme avec une lettre (DA à Abidjan, DC à Cotonou, DR à Dakar) sont utilisés. Enfin, selon le site « Histoire et Philatélie », le mot « militaire » a pu réapparaitre sur les bandes après le ralliement.

Enfin, il existe deux cachets circulaires. L’un avec CONTROLE POSTAL, l’autre CONTROLE TELEGRAPHIQUE. Les agents de la censure utilisent indifféremment l’un ou l’autre en fonction de la répartition du travail, pas de ce qu’ils contrôlent !

Mauritanie. Commission I , à Port Etienne. Cercle «CONTROLE POSTAL / commission I ». Il s’agit d’un tout petit poste de contrôle. Au 1er trimestre de 1941, il n’a que 70 lettres à examiner !

Sénégal. L’ouvrage « Zensurstempel aller französischen Kolonien… » cite 5 commissions de censure (A à Dakar, B à St Louis, P à Kaolack, Q à Ziguinchor et T à Thiès). Les cachets circulaires ont été utilisés jusqu’à mi 43 (CONTROLE POSTAL/Commission A, B, P ou Q). Des cachets négatifs ont été utilisés par la commission T et A. Pour donner une idée du travail, un article de timbre magazine de 2006 indique que la commission de contrôle de Dakar a vu transiter 530 000 lettres (et 16 500 télégrammes) en mars 41, dont 12 000 sont lues et 138 saisies. La commission de Dakar est la plus importante de l’AOF, et des censeurs peuvent  lire des lettres rédigées dans certaines langues (allemand par exemple), que les autres commissions lui transmettent.

De mi 41 à mi 44, un cachet circulaire (OUVERT PAR LES AUTORITÉS DE CONTROLE) est utilisé à Dakar (de janvier à mars 41 : double cercle). Sur les bandes de fermeture, le mot « MILITAIRE » est caviardé.

D’Avril 43 à septembre 45, cachet fusiforme avec DR au milieu est utilisé à Dakar

Enfin, entre septembre 39 et fin 43, un cachet fusiforme (OUVERT PAR L’AUTORITÉ MILITAIRE) est utilisé.

Afin de ne pas trop alourdir cette page, les exemples de lettres censurées sont présentées sur une autre page. Cliquer sur ce lien.

Guinée. Cachet circulaire Commission C, cachet ovale (C2) et ovale avec seulement « OUVERT PAR LE CONTRÔLE POSTAL »

Ci dessous deux lettres envoyés de Guinée vers le Liban. Il est intéressant de noter que celle postée le 27 mars 41 (Guinée sous contrôle de Vichy), arrivée au Liban le 29 mai 41 (le Liban n’a pas encore été « attaqué » par les alliés) n’a qu’une marque de passage par le bureau de censure de Conakry , tandis que l’autre, postée à la même date en Guinée (27.3.41), arrive à la même date au Liban 5.6.41, mais ouvre un passage par la censure à Conakry, a aussi été censurée par les allemands à Vienne. Donc, l’expéditeur qui a utilisé la poste aérienne, a payé plus cher, la lettre a mis plus de temps et, de plus, a été lue par les allemands !

La lettre ci-dessous a été postée en 1943 en Guinée (voir le Daguin gaulliste ET la marque de censure ovale). De là, elle a été transférée aux postes du Nigeria (marque de censure PP), puis expédiée aux USA (bande de censure 7242 de New York)  avant d’atteindre l’Argentine.

Soudan. 3 commissions existaient : F à Bamako, et 2 très rares car ouvertes qu’en octobre 39 : J pour Tombouctou et L pour Kayes (dans cette ville, une puce avec la lettre L continue à être utilisée jusqu’en 1942).

Marques de censure de Bamako (F)

Marque de censure de Kayes L

Enfin, une lettre qui n’a pas été censurée en Afrique, mais en Angleterre, bien qu’elle ait été postée le 24.2.41 à Toulon pour Sikasso (17.3.41), retournée à l’expéditeur via le Maroc et l’Angleterre (bande de censure). Pourquoi ? Mystère :

Cote d’Ivoire. Cachet circulaire utilisé par la commission D à Abidjan (entre 39 et 42), et E à Bobo Dioulasso (début 41). Au début de la guerre, un cachet linéaire CONTRÔLE est utilisé à Abidjan, ainsi qu’un cachet fusiforme avec la lettre DA entre début 43 et juillet 45

Commission de Bobo Dioulasso (E)

Niger. 2 commissions ont utilisé le cachet circulaire : H à Niamey et K à Zinder. En septembre 39, le cachet linéaire a été utilisé, et un cachet fusiforme DN a été utilisé en septembre 41

Dahomey. Une seule commission G à Cotonou. On rencontre mi 43 le cachet ovale « OUVERT /PAR/LES AUTORITES DE CONTROLE » et, fin 44 début 45, le cachet fusiforme DC. Toute au long du conflit, le cachet « OUVERT / PAR / L’AUTORITE MILITAIRE » a été utilisé.

Togo : cachet circulaire CONTRÔLE POSTAL / TERRITOIRE DU TOGO, remplacé fin 40 par le cachet fusiforme « OUVERT / PAR / L’AUTORITE MILITAIRE »

Enfin, il peut arriver que les lettres soient saisies par les alliés, comme l’exemple ci-dessous:

MARQUES POSTALES

En Guinée, en 1943, un Daguin  » UN SEUL BUT LA VICTOIRE » est utilisé à Conakry R.P. Le même est utilisé à Dakar R.P.

Dans les colonies, mi juillet 1944, est organisé la « Semaine du Milliard de la Libération ». Des souvenirs philatéliques sont mis en vente dans les colonies, entre autre à Dakar (notez que ce sont des timbres de Mauritanie qui sont utilisés pour confectionner ce souvenir)

Le 29 juillet 42, le Comité national français a proposé que le mouvement français libre fût connu dorénavant sous le nom de la « France combattante ».  Une manifestation philatélique a lieu le 11 novembre 43 à Conakry afin de lever des fonds. Notez que la carte philatélique comprend des timbres du Sénégal et de la Mauritanie.

MANDATS.

Un accord a été trouvé fin 40 entre les autorités d’occupation allemande et le gouvernement de Vichy concernant la circulation de mandats postaux entre les 2 zones (en France). Rapidement, cette possibilité est étendue aux colonies non dissidentes. Et, à la différence des cartes interzones, un timbre couvrant les frais d’expédition peut être collé sur le mandat (cette partie du mandat étant conservé par le bureau de poste : pas de risque de message inscrit au dos du timbre).

PAQUETS POSTE FAMILIAUX.

Le gouvernement de Vichy autorise l’expédition de colis (nourriture, savon …) à usage non commercial, entre les colonies (fidèles à Vichy !) et la métropole suite à un décret du 3 juin 41. Après le ralliement à la France Libre, le gouverneur signe un nouvel arrêté le 31 octobre 43 permettant l’expédition de colis vers les zones libérées (Corse, Afrique du Nord…) : des cartes d’expéditeur sont délivrées aux résidents en AOF. En avril 45, ces cartes peuvent être utilisées pour expédier des colis familiaux aussi vers la métropole.

VOLS (liste loin d’être exhaustive), le sujet étant complexe

1 En septembre 40, les services aériens de l’AOF (vols « intérieurs ») reprennent : ouverture d’une ligne Dakar-Bamako-Niamey-Alger le 29/8/40, Dakar-Saint Louis-Kayes-Conakry le 11/09 /40 (avec apposition d’une griffe spéciale pour ce vol) et Bamako-Conakry le 22/10/40.

Les lignes aériennes existent jusqu’à novembre 42 (période pétainiste):

Marseille- Alger- Oran- Casablanca- Tindouf- Atar- Dakar (par Air France)

Marseille- Alger- El Goléa- Gao- Niamey- Bobo Bamako Dakar (Air France)

Dakar- Kaolack- Bamako (Aéromaritime)

Dakar -Niamey (Aéromaritime)

Dakar- Ziguinchor- Conakry (Aéromaritime)

2 Puis, après le débarquement en Afrique du Nord (novembre 42) : une ligne Alger-Dakar est ouverte, alors que les vols vers la France sont interrompus

Progressivement, toutes les Compagnies aériennes françaises (R.A.M.F., L.A. M., Aéromaritime) atterrissent à Dakar.

S’ensuivent de nombreuses réorganisations des réseaux,  de fusions des Compagnies aériennes

Le 23 octobre 44, les particuliers peuvent poster des cartes postales non illustrées, des correspondances ordinaires et recommandées de moins de 20 g entre la France et les colonies

20 novembre 44 : ouverture de la ligne 201 : Toulouse Dakar. De Dakar, le courrier aérien est transporté par les lignes aériennes locales (en AOF) vers la destination finale.

10 juillet 44 : La Cie anglaise B.O.A.C. fait escale à Dakar sur la ligne Londres – Lagos

Le 1er vol régulier Dakar – New York a eu lieu le 14 février 1945 (sans possibilité d’utiliser les USA comme pays de transit vers un autre pays du continent américain). Avant cette date, des avions de la R.A.F. ou des avions américains desservaient ponctuellement l’aéroport de Dakar, et embarquaient des sacs postaux.

 

CROIX ROUGE  Afin de permettre aux français résidents en AOF de correspondre avec la métropole après la rupture des relations postales fin 42, la Croix Rouge a mis en place son système de messages familiaux. Selon l’ouvrage de M. Carnévalé, le premier message a été envoyé de Dakar le 7 juillet 42 (j’imagine pour correspondre avec un autre territoire que la métropole), et 160 104 messages ont été envoyés au total durant la guerre.

Ci-dessous un message Croix Rouge posté le 13.9.43 à Dakar (pour un correspondant à Paris). Le message a voyagé dans une enveloppe jusqu’à la Croix Rouge de Genève, où elle parvient le 2.11.43 L’enveloppe est ouverte et transmise à la Croix Rouge de Paris, qui répond le 23.11.43 Le destinataire parisien poste la réponse le 25.11.43 pour Genève, où elle parvient le 10.1.44. La Croix Rouge suisse transmet alors la lettre à Dakar à l’expéditeur initial.

Le texte de la carte ci-dessous indique que le Vatican était aussi utilisé pour transmettre des messages

Le document ci-dessous a été transmis par le Vatican: « posté » le 10 avril 44 à Diourbel (150 km est de Dakar) pour un membre de la famille en Charente Maritime. Le destinataire le reçoit le 3 juillet, et répond le 10 juillet. On ne sait pas si le destinataire au Sénégal a reçu la réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.